•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bouée de sauvetage bien accueillie par les hôteliers du Yukon

Des immeubles colorés appartenant à un hôtel.

Nombreux sont les hôtels au Yukon qui sont restés vides cet été.

Photo : Radio-Canada

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les entrepreneurs touristiques et les hôteliers du Yukon s’accrochent à l’aide financière de secours annoncée par le territoire lundi.

Un montant de l’ordre de 2,88 millions de dollars sera disponible pour les entreprises d’hébergement touristique qui ont déjà épuisé l’aide financière offerte par d’autres programmes gouvernementaux.

La ministre de la Culture et du Tourisme, Jeanie McLean, a affirmé qu’il s’agit d’un moyen de s’assurer que les hôteliers et les aubergistes soient en mesure de survivre en attendant le retour des touristes.

Certains ont déjà atteint l’aide maximale à laquelle ils avaient droit dans le cadre du Programme de secours aux entreprises et nous savons que ce secteur a besoin d’aide pour survivre à cette période difficile, a-t-elle expliqué.

« Nous avons de grands hôtels au Yukon que nous avons besoin de garder pour maintenir un quelconque secteur touristique. »

— Une citation de  Jeanie McLean, ministre de la Culture et du Tourisme

Le programme propose un montant de 400 $ par mois par chambre libre au cours des mois d’octobre et de décembre, et ce montant pourrait être reconduit jusqu’à la fin du mois de mars, selon les besoins.

Les responsables estiment qu’environ 1200 chambres d'hôtel pourraient rester vide au cours de cette période. Depuis le début de la pandémie, l’aide financière accordée à l’industrie est estimée à 4 millions de dollars.

« Une lueur d'espoir »

Sarah Stuecker, directrice générale du tout nouvel hôtel Raven Inn, est heureuse d’apprendre l’arrivée d’un nouveau fonds de secours.

Le nouvel établissement a ouvert ses portes presque au même moment où la pandémie s'installait au printemps dernier et depuis, la directrice affirme refaire ses calculs tous les jours.

« Dans les faits, je gère une organisation à but non lucratif. [...] La masse critique n’est tout simplement pas là pour payer les factures alors toute aide permet de garder les portes ouvertes.  »

— Une citation de  Sarah Stuecker , directrice générale, Raven Inn

La situation est tout aussi difficile pour les grands hôtels dont les frais d’entretien pourraient, sans aide financière, les forcer à convertir leurs établissements en édifices à condos ou de location.

Façade du Aurora Inn

Les hôtels, les petits comme les grands, ont souffert de la pandémie.

Photo : Facebook/The Aurora Inn

Les PDG de Northern Vision Development LP, Rich Thomson, dont l’entreprise possède certains des plus gros établissements du territoire, affirme faire tout en son pouvoir pour survivre à la tempête.

L’aide financière est annoncée pour ce trimestre et possiblement le suivant et ce sont ces deux [périodes] qui représentent le besoin le plus critique pour que l’industrie hôtelière et du tourisme puissent survivre, explique-t-il.

« [L’aide financière] est un signal important qui donne aux entrepreneurs une lueur d’espoir, une raison de continuer et de rester à flot jusqu'au retour du voyage à un niveau ou un autre un jour.  »

— Une citation de  Rich Thompson, PDG, Northern Vision Development LP

De l’aide à long terme

Le président de l’association touristique du Yukon, Neil Hart, affirme que cette aide financière permettra peut-être d'empêcher l'industrie de régresser de 20 ans, à l’époque où le manque de chambres d'hôtel freinait le développement de l'industrie touristique.

L’hébergement touristique est critique pour tous les exploitants et les entrepreneurs du secteur touristique au territoire pour que leurs clients aient un endroit où rester, explique le président et entrepreneur.

Ce qui l'inquiète c’est que d’autres entreprises de l’industrie soient laissées pour compte. Il faut s’assurer que tout le monde ait accès à assez [d’aide] pour éviter la noyade.

Deux canots sur l'eau dans un canyon au Yukon.

Canotage dans le canyon Miles sur le fleuve Yukon.

Photo : Gouvernement du Yukon/Cathie Archbould

La ministre Jeanie McLean a expliqué que le montant annoncé s’inscrit dans un fonds de relance total pour l’industrie de 15 millions de dollars sur 3 ans.

Nous reconnaissons que l’industrie touristique a besoin tant de l’aide immédiate avec un fonds de secours ainsi qu’un soutien à long terme par avec un fonds de reprise, a-t-elle affirmé en conférence de presse.

Selon les données du gouvernement, l’industrie touristique représente le plus important employeur privé avec 13,5 % des emplois et une injection de 367,8 millions de dollars dans l’économie du territoire soit 5 % du PIB en 2018.

La promotion se poursuit

La ministre admet que les restrictions entourant les voyages n’ont pas permis aux représentants touristiques de se rendre en personne dans les salons touristiques de par le monde pour faire la promotion du territoire.

Jeanie McLean n’a pas indiqué combien d’argent est ainsi épargné ni comment il est dépensé au sein du ministère, mais affirme que la promotion du Yukon se poursuit néanmoins de façon virtuelle.

Une grande partie de la reprise dans l’avenir vient en rappelant aux gens l’existence du Yukon. Le [territoire] est une destination qui se planifie parfois pendant des mois, voire des années. Les efforts de promotion en ce moment [...] ne donneront des résultats que dans un à trois ans, souligne la ministre.

Des gens se tiennent debout devant des bannières touristiques en parlant à des visiteurs.

Les salons de promotion touristique se sont tenus de façon virtuelle cette année. (archives)

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...