•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des restaurateurs retirent le homard de leur menu en appui aux Micmacs

Drapeau micmac hissé au mât d'un bateau.

Des Autochtones ont été la cible de violences dans un différend avec les pêcheurs commerciaux non autochtones.

Photo : CBC / Robert Short

La Presse canadienne

Des restaurateurs de la Nouvelle-Écosse retirent le homard de leur menu en soutien aux pêcheurs micmacs, qui ont été la cible de violences dans un différend avec les pêcheurs commerciaux non autochtones.

Matt Boyle, copropriétaire du resto-bar Dear Friend, à Dartmouth, a expliqué lundi qu'il avait retiré la guedille au homard de son menu afin de sensibiliser les clients à ce conflit.

De hautes flammes s'élèvent au-dessus d'un bâtiment qui brûle pendant la nuit.

La GRC enquête sur un incendie d'origine suspecte qui a détruit en fin de semaine un entrepôt frigorifique à Pubnico-Ouest-le-Centre. Le bâtiment abritait à ce moment-là les prises de homard de pêcheurs micmacs.

Photo : Pierrette d'Entremont /@PAdEntremont / Twitter

M. Boyle admet qu'il a reçu des commentaires négatifs sur les médias sociaux, mais il soutient que ses clients et des collègues de bars locaux ont été en général favorables à son initiative.

Kourosh Rad, propriétaire du Garden Food Bar, à Halifax, a annoncé que son restaurant ne servirait plus de homard tant qu'il ne pourra pas l'acheter à des pêcheurs autochtones.

Kourosh Rad.

Kourosh Rad est le propriétaire du restaurant Garden Food Bar and Lounge, à Halifax.

Photo : Gracieuseté

Les pêcheurs commerciaux sont outrés que les Micmacs aient lancé une pêche au homard autoréglementée de subsistance, en dehors de la saison de pêche sous réglementation fédérale, qui commence en novembre.

Dans l'arrêt Marshall, la Cour suprême a statué en 1999 que les peuples micmacs et malécites du Canada atlantique et du Québec ont le droit de pêcher où et quand ils le souhaitent, en vertu de traités signés par la Couronne au 18e siècle, dans le but d'assurer un moyen de subsistance convenable. Or, la Cour n'a pas défini cette pêche de subsistance et les parties ne se sont toujours pas entendues là-dessus.

C'est quelque chose de très compliqué, très complexe, a convenu le ministre fédéral des Services aux Autochtones, Marc Miller, lundi. Et ça peut varier de communauté autochtone micmaque [...] en communauté. Alors, loin de moi, loin d'Ottawa, de dicter du haut de son piédestal ce qu'est la teneur de ce droit. C'est un droit qui doit être discuté, négocié avec les peuples en question. On a déjà essayé de décider, puis ça n'a pas marché.

Mais le ministre a soutenu que cette pêche autochtone de subsistance avait une incidence minime sur la survie de la ressource et sur la santé économique des pêcheurs commerciaux non autochtones. L'industrie de pêche autochtone est une partie infime de l'industrie commerciale du homard au Canada, a-t-il dit. C'est une industrie fort viable économiquement; il y a des gens qui font beaucoup d'argent [...] Mais soyons très clairs là-dessus : c'est une partie infime de l'industrie de la pêche du homard.

La Première Nation de Sipekne'katik dispose à l’heure actuelle de 550 casiers de pêche à homard.

En comparaison avec la pêche commerciale, les pêcheurs non autochtones de ce même territoire en Nouvelle-Écosse ont en tout 391 200 casiers.

La pêche commerciale dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, où se déroule le conflit, débute chaque année le dernier lundi de novembre.

Avec des informations de Geneviève Normand

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !