•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rebâtir le ciel, un témoignage à la fois

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Une photographie de la silhouette d'un homme qui marche seul dans le désert.

L'ouvrage se veut une ode à la diversité et à la complexité des identités.

Photo : Radio-Canada / Priscilla Plamondon Lalancette

Radio-Canada

Deux artistes de la région ont allié leurs médiums d’expression, la littérature et la photographie, pour produire un livre qui se veut une ode à la complexité des identités et un plaidoyer en faveur de l’inclusion.

Au cours des deux dernières années, les artistes Michel Lemelin et Simon Emond ont recueilli les témoignages d'une trentaine de personnes qui ont souffert en raison de leur genre et de leur identité sexuelle au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Cette semaine, ils lancent le livre Rebâtir le ciel, une œuvre en images et en mots qui prône un monde plus inclusif et qui en appelle à un changement des mentalités.

Un passé pas si lointain

En octobre 1997, les gais et lesbiennes du Saguenay-Lac-Saint-Jean descendaient dans les rues pour dénoncer la discrimination, la répression et les préjugés dont ils étaient victimes.

Le message qu'on lance aujourd'hui : on n'a pas nécessairement envie de vivre en ghetto pour être ce qu'on est, on est capable de vivre en société avec les autres. On a envie de ça, martelait alors l’auteur Michel Lemelin.

Près de 25 ans plus tard, il s’est associé à Simon Emond pour donner vie à un ouvrage qui revêt tous les attributs d’une œuvre d’art et qui célèbre la diversité en région.

Michel Lemelin et Simon Emond assis à une table.

L'auteur Michel Lemelin et le photographe Simon Emond ont recueilli les témoignages de 32 personnes qui ont souffert en raison de leur genre, de leur identité et de leurs désirs sexuels dans les régions du Québec.

Photo : Radio-Canada / Priscilla Plamondon Lalancette

À travers les pages du recueil, des porte-étendards de la communauté LGBTQIA2S+ témoignent de leur réalité. Un homme revient notamment sur les violences survenues au bistro Les Anges, à Chicoutimi, en 1997.

« Il y avait trois homophobes qui l’attendaient dans leur pick-up et qui lui ont sauté dessus, qui l'ont battu, mais il a réussi à se défendre et à retourner dans le bar. À peu près à la même période, il y avait un jeune garçon que ses parents avaient mis à la porte parce qu'il avait fait son coming out. C’est un jeune garçon qui s'est mis à se prostituer pour pouvoir survivre, puis il a lui aussi été battu, mais battu à mort », raconte Michel Lemelin.

L’auteur relate que ces événements ont suscité une prise de conscience au sein de la communauté, qui a organisé une marche.

Les forces armées avaient des soldats sur les toits de la rue Racine pour assurer notre sécurité, se remémore Michel Lemelin.

Tombé dans l’oubli

De l’avis de Simon Emond, la publication de Rebâtir le ciel rend ce passage marquant de l’histoire régionale à nouveau accessible.

Une photographie d'une page où on voit plusieurs mots-clés écrits les uns à la suite des autres.

Rebâtir le ciel, c'est le titre d'un nouveau livre qui prône un monde plus inclusif, particulièrement en région.

Photo : Radio-Canada / Priscilla Plamondon Lalancette

Ça avait complètement été oublié , constate-t-il.

Rebâtir le ciel, pointent ses auteurs, est un appel à revoir nos façons de faire, de penser et même de communiquer pour laisser place à la diversité avec un langage neutre et dégenré.

Le livre deviendra un outil pédagogique. Les artistes ont reçu du financement du Conseil des arts de Saguenay pour développer une formation visant à reconnaître les mécanismes d'oppression, souvent inconscients.

D’après le reportage de Priscilla Plamondon Lalancette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !