•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Santé mentale : des policiers jumelés avec des infirmières pour intervenir à Saint-Jean

Une voiture de la police de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick.

Une voiture de la police de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Deux policiers de Saint-Jean au Nouveau-Brunswick ont été intégrés aux équipes d’intervention d’urgence en santé mentale de la ville, dans le cadre d’un projet pilote du Réseau de santé Horizon.

Ainsi, deux équipes, chacune formée d’un policier et d’une infirmière, travaillent de 11 h à 23 h tous les jours. Ce projet novateur a débuté lundi.

Selon une professeure de psychologie de l’Université du Nouveau-Brunswick, Mary Ann Campbell, le recours à ce type d’équipe réduit l’utilisation de la force par la police.

Les policiers s’assureront d’offrir un environnement sécuritaire et récolteront de l’information, pendant que les infirmières feront leurs évaluations de la santé mentale du patient.

Ils proposeront également des visites de contrôle aux individus à haut risque afin de leur apporter un meilleur soutien. Ces policiers ne sont pas là pour faire enquête, explique Mary Ann Campbell, mais pour fournir des soins de santé de qualité.

Les deux policiers choisis pour ce projet ont reçu une formation en santé mentale.

Les appels relatifs à la santé mentale sont certainement devenus plus fréquents parmi ceux que reçoivent quotidiennement les forces de police de Saint-Jean, affirme le chef de police de Saint-Jean, Stephan Drolet.

La formation des équipes policier-infirmier permettra, selon la directrice des services de traitement des dépendances et de santé mentale du Réseau de santé Horizon, Sue Haley, d’être plus efficace et de mieux répondre aux besoins.

Le ministère de la Santé a octroyé 900 000 $ pour ce projet pilote.

Les résultats de l’expérience seront évalués dans trois ans, et il sera ensuite décidé si le projet se poursuit ou non.

Nous espérons que ce modèle de soins pourra se répandre dans les autres équipes mobiles de crise d’Horizon, car nous sommes convaincus que ce modèle aura un grand impact sur nos communautés, a dit pour sa part Jean Daigle, vice-président aux affaires communautaires du Réseau de santé Horizon.

D'après le reportage de Michel Corriveau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !