•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sécurité ferroviaire : les actions de Sherbrooke portent leurs fruits, selon la Ville

Des travailleurs s'affairent sur la voie ferrée.

Des travailleurs du CP changent des rails après un déraillement de train mineur à Sherbrooke (archives).

Photo : Radio-Canada / Dominique Bertrand

Radio-Canada

Les actions entreprises par la Ville de Sherbrooke depuis l’année dernière concernant la sécurité ferroviaire sur son territoire commencent à porter leurs fruits pour garantir la sécurité des citoyens, selon Stéphane Simoneau, coordonnateur des mesures d’urgence de la Ville de Sherbrooke.

C’est le constat qu’il a observé lors de la présentation du rapport de la situation en matière de sécurité ferroviaire sur le territoire de Sherbrooke, lundi soir, en comité plénier public.

Rappelons que M. Simoneau avait été mandaté par la Ville de Sherbrooke l’an passé afin de faire un état des lieux des rails sur le territoire de Sherbrooke. Il avait d’ailleurs constaté de nombreuses anomalies et détériorations sur le chemin de fer.

Une situation qui avait forcé la Ville de Sherbrooke, en novembre dernier, à mettre en demeure la Central Maine & Quebec Railway (CMQR), rachetée par la suite par le Canadien Pacifique (CP).

Cette mise en demeure demandait à ce que la compagnie ferroviaire corrige une problématique qu'elle juge urgente sur un tronçon situé sur son territoire, aux abords de la rivière Magog.

Depuis cet été, Stéphane Simoneau rapporte que la compagnie CP a fait des travaux importants sur le tronçon impliquant Sherbrooke.

On comprend que le travail n’est peut-être pas terminé, mais par les actions qui ont été prises par le CP suite à nos revendications ont eu des effets positifs sur la réparation de la voie ferrée et par le fait même pour la sécurité des riverains, indique-t-il.

Position unanime du conseil municipal

Selon lui, la position unanime du conseil municipal sur le sujet de la sécurité ferroviaire a également pu contribuer à pousser la compagnie à faire des réparations sur les rails.

Une position que partage Danielle Berthold, conseillère et présidente du comité de la sécurité publique. Elle se dit persuadée que le fait que le conseil municipal s’en mêle et fasse des pressions sur Transport Canada, a pu avoir un impact.

On avance tranquillement dans ce dossier-là, mais au moins, on avance. On a maintenant plus de réponses à nos questions. Quand on pose des questions, les gens savent maintenant qu’on existe et qu’à Sherbrooke, le conseil municipal s’occupe de ses affaires, lance-t-elle.

De son côté, Steve Lussier, le maire de Sherbrooke, pense que ces avancées sont très rassurantes pour la population. Je tiens à rassurer la population parce qu’on a des discussions de façon régulière avec les hauts dirigeants du CP. [...] Ça se poursuit toujours, assure-t-il.

De plus, selon lui, la signature de l’Alliance du corridor ferroviaire Estrie-Montérégie l’année dernière fait peut-être en sorte que les municipalités signataires, dont Sherbrooke, aient plus de poids pour mettre de l’avant le dossier de la sécurité ferroviaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !