•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Appel à l'aide de l’industrie hôtelière du Manitoba qui vit son « pire cauchemar »

Un gratte-ciel noir moderne avec des fenêtres décalées, sur fond de ciel bleu.

L'Hôtel Alt, à Winnipeg, compte en moyenne 5 % de son nombre habituel de clients.

Photo : Radio-Canada / Sara Calnek

Radio-Canada

L’industrie hôtelière du Manitoba demande à la province d’alléger son fardeau fiscal parce que, en raison de la pandémie, les chambres restent majoritairement vides.

C'est mon pire cauchemar, lance le président-directeur général de l’Association des hôtels du Manitoba, Scott Jocelyn.

Ça a été une période de sept ou huit mois vraiment difficile à gérer, et maintenant nous verrons plus de défis pour nos gens. Les gens en ont assez. Ils sont très frustrés et vraiment, vraiment en difficulté, dit-il, en réaction aux nouvelles restrictions sanitaires qui entrent en mesure lundi dans la région métropolitaine de Winnipeg.

La province impose notamment la fermeture de tous les bars rattachés à des hôtels. Les nouvelles mesures dureront au moins deux semaines, alors que Winnipeg tente d’endiguer la propagation de la COVID-19.

Scott Jocelyn réclame des mesures pour alléger le fardeau fiscal des hôtels. Les impôts que paie un hôtel sont basés sur les revenus d’il y a deux ans, explique-t-il.

Il n'y a pas un hôtel au Manitoba qui gagne ce qu'il gagnait il y a deux ans. Alors, comment payer cette facture?, demande-t-il. Nous travaillons fort pour la province, nous rapportons beaucoup d'impôts dans les bons moments, et nous avons besoin d'aide aujourd'hui.

Il croit que le gouvernement provincial ignore à quel point l’industrie hôtelière souffre de la pandémie. Ainsi, son association a commandé un rapport sur l’impact économique de la COVID-19, réalisé par la firme Meyers Norris Penny.

Celui-ci devrait comptabiliser les pertes financières ainsi que les pertes d’emploi dans le secteur, indique Scott Jocelyn.

Certains des plus grands hôtels de Winnipeg ont eu des taux d'occupation en dessous de 10 %, après avoir fermé pendant plusieurs mois en raison de la pandémie.

De 40 à 6 employés

Le vice-président des opérations de Germain Hôtels, Hugo Germain, indique que l’hôtel du groupe situé à Winnipeg, l’Hôtel Alt, fonctionne avec une moyenne de 5 % de sa capacité.

On voit de niveaux d’occupation qui sont très bas, de par l’absence d’une clientèle corporative qui est pratiquement inexistante à l’heure actuelle. Les gens d’affaires ne voyagent pas, explique-t-il.

Avant la pandémie, près de 40 employés travaillaient à l’Hôtel Alt. Désormais, ils ne sont plus que 6 à travailler dans l’établissement, selon M. Germain.

Un porte-parole du ministère du Développement économique du Manitoba affirme que la province a été en contact régulier avec le secteur hôtelier tout au long de la pandémie pour l’informer des programmes de soutien aux entreprises.

Avec les informations de Zoé Le Gallic-Massie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !