•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CISSS de la Gaspésie défend sa gestion de l’hôpital de Maria

L'hôpital de Maria dans la Baie-des-Chaleurs

Des infirmières et des ambulanciers sont sortis publiquement la semaine dernière pour dénoncer le manque de mesures sanitaires à l'urgence de l'hôpital de Maria (archives).

Photo : Radio-Canada

Les autorités régionales de la santé se veulent rassurantes sur la gestion de l’hôpital de Maria après la sortie publique d’infirmières et d'ambulanciers qui dénonçaient la semaine dernière de graves manquements dans son traitement de la pandémie.

La direction du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Gaspésie a tenu un point de presse, lundi, afin de faire le point sur la situation à l’hôpital de Maria afin de rassurer le public sur les mesures de protection du personnel et des usagers contre la COVID-19.

Cinq employés ont reçu au cours des dernières semaines un test positif à la COVID-19 à la suite d'une éclosion au centre hospitalier.

Juste avant le point de presse du CISSS, la ministre responsable de la région, Marie-Ève Proulx, a annoncé par voie de communiqué la réalisation d’un projet de réaménagement et de modernisation de l'urgence de l'hôpital afin de remédier à certaines lacunes dont la circulation  croisée  de patients atteints de la COVID-19 et d'autres patients.

Les travaux ne seront pas lancés demain matin : le CISSS est par contre autorisé à lancer des appels d’offres pour la réalisation des plans et devis. Le projet avait été déposé il y a un an et demi, bien avant la pandémie, dans l’attente d’une analyse plus importante sur la construction d’un nouvel hôpital.

Dans le contexte de la pandémie, certains aménagements seront toutefois rapidement revus, a assuré le CISSS lors de sa conférence de presse.

C’est le cas notamment de la trajectoire des patients de l’urgence qui croise celle des patients en clinique externe. Des mesures de prévention des infections étaient en place, mais ce n’était pas suffisant, a relevé la présidente-directrice générale du CISSS, Chantal Duguay.

On est en train de faire des travaux et on n’attend pas la nouvelle urgence, a-t-elle assuré.

Chantal Duguay lors d'une entrevue.

La présidente-directrice générale du CISSS de la Gaspésie, Chantal Duguay (archives)

Photo : Radio-Canada / Jean-Francois Deschenes

D’après Mme Duguay, des corrections avaient déjà été mises en place dans la majorité des situations rapportées dans les médias par le personnel. Pour d’autres [endroits] où il pouvait y avoir des problèmes, je vous dirais que ce n’était pas majeur, a-t-elle ajouté.

Une rencontre entre la direction et les employés

Vendredi, quatre employés ont témoigné sous le couvert de l'anonymat de ce qu'ils considèrent des manquements dans l'application des règles sanitaires pour contrer le coronavirus.

Le CISSS indique avoir aussi effectué des vérifications sur l’application des mesures de contrôles et de prévention des infections.

À la lumière de cette vérification, la PDG a soutenu que des situations rapportées dans les médias étaient plutôt de l’ordre de la perception.

Les doléances des employés seraient, pour l’essentiel, des inquiétudes auxquelles les responsables de la prévention des infections ont pu répondre lors d’une rencontre, vendredi, avec des représentants syndicaux et des équipes de soins, a affirmé Mme Duguay.

Ça nous a réconfortés avec ce qui se passait à l’hôpital de Maria, a-t-elle raconté. La prévention des infections à Maria est excellente. Aussi excellente que ce qui se passe à Chandler, à Sainte-Anne-des-Monts et à Gaspé.

La façade de l'hôpital de Maria.

Plusieurs infirmières ont dénoncé des pratiques à l'hôpital de Maria qui favoriseraient la circulation de la COVID-19 (archives).

Photo : Gracieuseté

Elle admet toutefois que les craintes des employés n’ont pas toutes été apaisées. La COVID-19, c’est vécu différemment par tout le monde, a-t-elle avancé. Nous, on suit les règles de l’Institut national de santé publique du Québec.

Pour le président du Syndicat du personnel de soutien, Pierre-Luc Boulay, la rencontre de vendredi à laquelle participait aussi la Syndicat des infirmiers, infirmières et inhalothérapeute de l’Est-du-Québec (SIIIEQ), a permis de clarifier la situation.

On a eu des réponses, affirme-t-il. Pour ce qui est des questionnements en lien avec la sécurité des installations de l’hôpital de Maria, la direction a réussi à répondre aux interrogations qui avaient été soulevées.

Quand aux plaintes des employés sur la mobilité, le porte-parole syndical admet que la pénurie de main-d’œuvre reste un handicap majeur dans la gestion régionale de la pandémie.

On n’a pas le choix de passer par des déplacements pour éviter des ruptures de services, ce qui fait en sorte qu’on va directement à l’encontre des directives du gouvernement, explique M. Boulay.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !