•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : VIDO-InterVac reçoit une subvention pour tester l’efficacité d’antiviraux

Un scientifique en combinaison effectue des expériences au laboratoire VIDO-InterVac.

Avec la subvention, le laboratoire VIDO-InterVac va pouvoir tester l'efficacité de plusieurs composés antiviraux.

Photo : VIDO-InterVac

Radio-Canada

Le Centre international de recherche sur les vaccins et les maladies infectieuses de l'Université de la Saskatchewan (VIDO-InterVac) obtient une subvention de 830 000 $ pour tester l’efficacité de plusieurs composés antiviraux contre le nouveau coronavirus.

La nouvelle directrice associée du développement des vaccins à VIDO-InterVac, Trina Racine, explique que cette subvention va permettre d'effectuer davantage de travaux de recherche contre le virus.

Cette subvention, reçue par la Fondation Bill & Melinda Gates, va être utilisée pour déterminer l'efficacité de plusieurs composés antiviraux contre le coronavirus, dit Trina Racine lors d'une entrevue téléphonique.

Plusieurs partenaires mondiaux, regroupés par les philanthropes Bill Gates et Mark Zuckerberg, se sont réunis dans la recherche d’un traitement contre la COVID-19.

La Fondation Bill & Melinda Gates a beaucoup de partenaires et de contacts en recherche et développement. Ils ont décidé d’unir leurs efforts pour VIDO-InterVac. Nous sommes les seuls à avoir reçu ce genre de subvention pour travailler sur le virus, ajoute Trina Racine.

Des tests sur des hamsters

Nous voulons faire des tests sur des animaux pour savoir s’il existe bel et bien des molécules antivirales qui fonctionnent le mieux contre le virus , explique Trina Racine.

Les animaux peuvent être infectés par le virus, mais les hamsters peuvent avoir une infection similaire à celle de l’homme. Ce type d’animal nous permet ainsi de tester les différents composés antiviraux.

Nous continuons à faire des tests sur les furets, mais leur infection est beaucoup moins grave que celle des hamsters, selon Trina Racine.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Le vaccin en voie de développement

Plusieurs étapes doivent être mises en place en vue du développement d’un vaccin.

Avec cette subvention, nous sommes en train de développer un vaccin et de terminer des expériences de toxicologie. Nous effectuons des tests de composés antiviraux pour supprimer les symptômes après une infection de la COVID-19. Le vaccin sera utilisé pour immuniser une population, explique Mme Racine.

Nous demandons également à Santé Canada d’obtenir l’autorisation pour aller en phase 1, qui concerne la sécurité du produit, poursuit-elle.

Trois phases sont primordiales, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

La phase 1 vise à évaluer la sécurité du vaccin, tandis que la phase 2 en vérifie l’efficacité. Enfin, la phase 3 mesure cette efficacité à grande échelle.

Nous espérons entrer en phase 1 d’ici la fin de 2020. Ensuite, nous visons mars et avril pour rentrer dans la phase 2, et fin 2021, pour la phase 3, conclut Trina Racine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !