•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 et santé mentale : Labeaume craint le mois de novembre

Le maire Régis Labeaume

Le maire a déjà dit craindre que plusieurs mesures de restrictions demeurent au-delà du mois d’octobre.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Félix Morrissette-Beaulieu

Le maire de Québec craint des effets néfastes sur la santé mentale de ses concitoyens à l’approche de l’hiver avec les nombreuses mesures sanitaires, alors que la région de la Capitale-Nationale est celle avec le plus grand nombre de cas au Québec, lundi.

Ça devient de plus en plus difficile. J’ai parlé avec du monde en fin de semaine. Je vous annonce que lorsque l’heure va changer le 1er novembre et qu’il va faire noir à 17 h, ça va être difficile, a répondu le maire lors d’un point de presse.

Il va falloir qu’on soit patient et résilient, parce qu’on sent que chaque jour, c’est de plus en plus dur pour tout le monde.

Régis Labeaume, maire de Québec

Lors de sa dernière sortie médiatique, le maire avait d’ailleurs dit craindre que plusieurs mesures de restrictions demeurent au-delà du mois d’octobre. C’est sérieux, a rappelé le maire.

Le bilan publié lundi matin recense un nombre record de nouveaux cas de COVID-19 dans la Capitale-Nationale avec 272 nouvelles infections au cours des 24 dernières heures. Le record précédent de 265 avait été établi le 4 octobre.

Répéter les consignes

Plutôt avare de commentaires concernant les causes de cette recrudescence du nombre de cas au cours de la fin de semaine, le maire demande au gouvernement de clarifier les consignes.

Il y a une partie de la population qui ne comprend pas toutes les consignes. Je crois que le gouvernement devrait répéter les règles, tenter de les éclaircir, a déclaré le maire.

Il y a encore du monde qui ne prend pas ça au sérieux, croit Régis Labeaume.

Contrairement au maire de Lévis, qui a demandé la réouverture des restaurants si la zone rouge était prolongée au-delà du 28 octobre, le maire dit qu’il se pliera aux consignes de la santé publique.

On va toujours suivre les règles de la santé publique, a-t-il conclu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !