•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aide d’Ottawa aux compagnies aériennes : des craintes sur la Côte-Nord

Un petit avion sur le tarmac d'un aéroport.

La compagnie Pascan souhaite une aide à long terme parce qu'elle estime que les impacts de la pandémie se feront sentir pendant de nombreux mois encore (archives).

Photo : Radio-Canada/Alexandra Duval

Radio-Canada

Le gouvernement fédéral évoque de plus en plus la possibilité d’une aide financière aux transporteurs aériens canadiens durement touchés par la crise sanitaire. Si toute aide est considérée la bienvenue, la région espère ne pas être oubliée par Ottawa.

Le gouvernement fédéral envoie plusieurs signaux qui laissent présager une éventuelle aide financière à l’industrie aérienne. Le gouvernement Trudeau a notamment annoncé, lors du discours du Trône, son intention de travailler avec des partenaires pour assurer des liaisons régionales des compagnies aériennes.

Ottawa n’a pas encore décidé comment cette aide se présentera. Des consultations seront tenues à Ottawa pour connaître les principaux besoins du milieu. Le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, a écrit mercredi aux députés et aux sénateurs pour qu’ils partagent leurs idées et leurs commentaires sur une éventuelle aide au secteur aérien. Ils ont jusqu’au 21 octobre pour soumettre leurs points de vue.

Sur la Côte-Nord, le préfet de la MRC de Manicouagan, Marcel Furlong, craint que le fédéral néglige les aéroports et les voyageurs au profit des transporteurs aériens.

C’est bien beau de donner des millions aux transporteurs pour leur permettre d’améliorer leurs états financiers, mais si ça n’augmente pas la clientèle et l’utilisation du transport aérien, il va y avoir des problèmes récurrents et le gouvernement va toujours être obligé de sortir de l’argent de son portefeuille, croit M. Furlong.

Marcel Furlong lors d'une entrevue à l'extérieur.

Le préfet de la MRC de Manicouagan, Marcel Furlong

Photo : Radio-Canada / Olivier Roy Martin

Un avis que partage le copropriétaire de l’entreprise Pascan Aviation, Yani Gagnon. Il estime aussi qu’Ottawa devrait aider financièrement les aéroports pour éviter que ce soit les transporteurs qui paient de plus en plus cher pour couvrir les frais de fonctionnement des infrastructures aéroportuaires.

Puisqu’il y a moins de passagers, les coûts augmentent, explique M. Gagnon. Je pense que le fédéral doit regarder ça. Les frais d’aéroport, les frais d’atterrissage, les frais d’aérogare : tous les frais de fonctionnement de l’aéroport, ce sont des frais qui sont refilés aux transporteurs.

Yani Gagnon dans un hangar avec des avions de sa compagnie.

Le vice-président de Pascan Aviation, Yani Gagnon (archives)

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Remboursement de billets

Les négociations concernant une éventuelle aide financière d’Ottawa devraient notamment inclure une solution pour les voyageurs qui ont vu leur vol annulé et qui souhaitent un remboursement au lieu du crédit voyage généralement offert par les compagnies.

Yani Gagnon affirme toutefois qu’il ne s’agit pas d’un problème vécu par les plus petits transporteurs. Contrairement aux plus grandes entreprises, ils n’ont généralement pas eu à annuler de nombreux vols en raison des fermetures de frontières. Il craint donc que les grands transporteurs soient favorisés par une telle mesure.

La compagnie Pascan a aussi exprimé son souhait d'obtenir une aide à long terme. Yani Gagnon estime que les impacts de la pandémie se feront sentir pendant de nombreux mois encore.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !