•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des kiwis parmi les conifères

Des ballots de foin et un terrain défriché.

C'est sur un terrain à l'entrée de la ville de Sept-Îles que les arbres fruitiers seront plantés.

Photo : Radio-Canada / Marie Kirouac

Les Septiliens pourront bientôt manger des kiwis locaux.

Un projet de fermette où 600 arbres fruitiers seront consacrés à l’autocueillette est en cours à l’entrée ouest de la ville.

Des pommes, des poires, des prunes et des kiwis pourront entre autres y être récoltés. Les kiwis de Sept-Îles ne seront cependant pas les mêmes qu’on retrouve à l’épicerie, explique l'instigatrice du projet, France Ouellet.

Il y a six sortes de kiwi qui existent. [Celui qui sera planté ici] c’est le plus petit de la gang. C’est un kiwi que tu peux manger sans peler.

France Ouellet, instigatrice du projet
Une pelle mécanique sur un terrain qui vient d'être défriché.

Les arbres fruitiers ont été commandés en août et seront plantés au printemps.

Photo : Radio-Canada / Marie Kirouac

J’ai choisi des choses qui vont être capables de pousser localement et que ça ne sera pas le challenge du jour. La faisabilité, elle est là, soutient Mme Ouellet.

Les arbres fruitiers seront plantés au printemps 2021. Un champ de courges de 3000 m2, des poules et des jardins feront également partie du projet.

Pêcher avec des vers de la Côte-Nord

Du vermicompostage permettra d’alimenter le sol et de gérer les résidus compostables de la fermette.

Les nombreux vers qui seront générés par ce procédé seront mis en vente. Les pêcheurs de la région pourront donc s'approvisionner avec des leurres d’ici.

Au lieu d’avoir des vers qui viennent de je ne sais pas trop où qui vivent dans le frigidaire à moitié mort, bien les gens vont être capables de venir, d’en avoir de beaux frais à longueur d’année pour la pêche d’hiver et d’été, s’enthousiasme France Ouellet.

La pandémie à l’origine du projet

Opératrice aux anodes pour Alouette, France Ouellet raconte que c’est la pandémie qui a fait germer l’idée de ce projet agricole.

Quand le COVID est arrivé, moi, en travaillant avec 1000 personnes à l’aluminerie, j’ai le temps de sonder l’humeur des gens. Ça m’a permis de voir ce que les gens disaient par rapport à eux, leurs familles, comment ils se sentaient. En faisant l’activité comme ça [la fermette], ça sécurise alimentairement les gens. En plus, ça leur permet d’aller faire une activité à l’extérieur peu importe ce qui arrive, relate la nouvelle agricultrice.

À la mi-octobre, la Ville de Sept-Îles adoptait un projet de changement de zonage pour le terrain acheté par France Ouellet à l’entrée de la ville afin de lui permettre de mettre son projet de fermette en branle.

Dès le printemps prochain, les arbres fruitiers pousseront sur le terrain de la Septilienne qui a très hâte d'y planter une pancarte où on pourra lire : La petite maraîchère de Sept-Rivières.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !