•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une étude pour comprendre ce qui incite les jeunes à s'engager dans leur communauté

Façade extérieure de l'Université de Saint-Boniface.

L'Université de Saint-Boniface et la Société de la francophonie manitobaine étudient la motivation et l'engagement des jeunes.

Photo : Radio-Canada / Thomas Asselin

Sandra Poirier

Qu'est-ce qui motive les jeunes quand ils s'engagent pour une cause ou dans la francophonie? C'est ce que l'Université de Saint-Boniface (USB) et la Société de la francophonie manitobaine (SFM) tentent de comprendre dans une nouvelle étude.

Le directeur du recrutement et des services aux étudiants de l'USB, Christian Perron, précise que le but de l'étude est de mieux cerner les choix et les aspirations des jeunes en matière d'engagement, mais aussi l'impact que peut avoir cet engagement sur leur sentiment de bien-être.

L’USB et la SFM souhaitent également savoir ce qui motive les jeunes et définir des ressources, des services et de meilleures pratiques en matière d’engagement et de bien-être.

Le directeur général adjoint de la SFM, Jean-Michel Beaudry, rappelle que cette étude émane du plan stratégique communautaire de la francophonie manitobaine, qui veut aborder le bénévolat et le bien-être.

C’est à la fois un genre d’état des lieux, mais on veut aussi définir des pistes d’action pour l’avenir.

Jean-Michel Beaudry, directeur général adjoint de la SFM

L’engagement des jeunes a changé, a évolué, explique Christian Perron, qui constate que les étudiants ne restent pas sur le campus en dehors des heures de classe. On essaie de comprendre s’il y a des lacunes dans notre programmation, ajoute-t-il. Enfin, on s’est rendu compte que le projet était plus grand que l’USB.

On cherche à savoir la perception de l’engagement chez la jeunesse dans les écoles, dans la communauté et dans la francophonie.

Christian Perron, directeur du recrutement et des services aux étudiants de l'USB

Pour cet exercice, l’engagement a été catégorisé en plusieurs domaines, soit les domaines culturel et artistique, politique, scolaire, scientifique et entrepreneurial.

Quelque 200 jeunes âgés de 15 à 25 ans et qui ont en commun l'usage de la langue française seront sollicités virtuellement pour participer à cette étude.

Ce projet, mené par la consultante Isabelle Déry, est financé par la SFM et le Bureau de l’éducation française.

Christian Perron croit que tous les organismes de la francophonie manitobaine s'intéresseront aux résultats de l’étude, qui doivent être publiés au printemps de 2021.

Avec les informations d’Abdoulaye Cissoko

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !