•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le militant de gauche Xavier Camus porte plainte à la police pour menaces de mort

Il affirme que des personnes qu'il associe à l'extrême droite et à la mouvance QAnon le prennent pour cible.

Plan rapproché de l'écusson du SPVM.

Xavier Camus affirme que des militants de la mouvance QAnon le prennent pour cible. Il a porté plainte au SPVM.

Photo : Radio-Canada

Bien connu sur les réseaux sociaux pour avoir dénoncé les actions d'opposants aux mesures sanitaires imposées par le gouvernement du Québec, Xavier Camus a porté plainte à la police pour des menaces de mort qu'il a reçues publiquement et en privé, dans sa messagerie.

Dans une publication faite lundi après-midi sur son compte Facebook, le militant de gauche dit être devenu la cible de groupes qu'il associe à l'extrême droite et au mouvement QAnon.

Plus de 18 000 personnes sont abonnées à son compte Facebook pour être informées des activités d'opposants aux mesures sanitaires imposées depuis mars dernier.

Xavier Camus s'est rendu en personne dans un poste de quartier du SPVM pour y déposer formellement une plainte pour menaces de mort.

Depuis deux jours, j’ai pris un recul de Facebook, car je reçois plein de menaces de mort de la part des partisans de QAnon.

Xavier Camus, militant de gauche

Habitué à la critique virulente depuis le début de la pandémie, il trouve que les dernières menaces qui lui ont été adressées en privé seraient devenues plus inquiétantes ces derniers jours.

Ils font aussi circuler une pétition contre mon emploi et souhaitent m’intimider par tous les moyens : dans ma messagerie privée, dans la boîte de réception de mon collège (un gars essaie même de se faire passer pour un enseignant). J’ai également un ex-beau-père, devenu complotiste, qui m'a écrit des injures par courriel… a-t-il commenté sur sa page Facebook personnelle.

Contacté par Radio-Canada, Xavier Camus croit que les groupes d'extrême droite lui reprochent entre autres d'avoir contribué à faire fermer les comptes Facebook, YouTube et Vimeo du militant Alexis Cossette-Trudel, qui a récemment fait l'objet d'un reportage de l'émission Enquête, à Radio-Canada.

Dans les derniers mois, il affirme avoir contrecarré plusieurs activités de perturbation en publicisant les intentions de groupes qui affirment défendre leurs droits en marge de la pandémie de COVID-19.

Rappelons que jeudi soir dernier, un Montréalais de 45 ans a été arrêté pour avoir menacé sur les réseaux sociaux les premiers ministres du Québec, François Legault, et du Canada, Justin Trudeau. Il est accusé d'avoir proféré des menaces de mort.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.