•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Meurtre de Josiane Arguin : Simon Brind'Amour nie être un conjoint violent

La photo d'identité de Simon Brind'Amour.

Simon Brind'Amour, accusé du meurtre de sa conjointe, a subi son contre-interrogatoire lundi au palais de justice de Montréal.

Photo : SPVM

Radio-Canada

Le contre-interrogatoire de Simon Brind'Amour, accusé à Montréal du meurtre non prémédité de sa conjointe en 2018 et d'outrage à un cadavre, a permis d’en apprendre un peu plus sur la version de l’accusé lundi.

Selon ce que Simon Brind'Amour a déclaré devant le tribunal, il était victime de la violence de sa conjointe.

Le 1er septembre 2018 d’ailleurs, jour du meurtre, l’accusé affirme avoir été réveillé ce matin-là par sa conjointe en crise. Elle le poussait, elle l’insultait et l’accusait d’avoir volé de l’argent.

Lui aurait essayé de la calmer, mais elle était tellement énervée qu’elle aurait glissé sur le sol et se serait cogné la tête contre le four.

Après sa chute, elle serait ensuite sortie dehors en criant, notamment qu’elle était une femme battue.

Simon Brind'Amour dit qu’il ne se souvient pas exactement de ce qui s’est passé après cela. Il sait cependant qu’il a empoigné une queue de billard et est allé rejoindre Josiane Arguin dehors et l’a frappée à mort.

Il a ensuite amené le corps à l’intérieur de la maison.

L’accusé dit qu’il était paniqué, qu’il a tenté de la réanimer et qu’il lui a fait le bouche-à-bouche, ce dont la poursuite dit douter puisqu’il n’a jamais appelé le 911 ni tenté de chercher du secours.

Par ailleurs, dans les heures qui ont suivi le meurtre, il a été démontré que Simon Brind'Amour s’est rendu au guichet automatique pour vérifier quel montant d’argent se trouvait dans le compte de sa conjointe.

Tentant d’expliquer ce geste lundi, l’accusé n’a pas été très clair, prétendant d’abord s’être inquiété de l’argent du loyer, pour parler ensuite de l’épicerie.

Il a aussi indiqué que, toujours paniqué, il avait gardé le corps de sa conjointe chez lui quelques jours, avant de le jeter dans une benne à ordures.

Le corps de Josiane Arguin n’a jamais été retrouvé. Elle avait été considérée comme disparue pendant deux mois avant que la police n'arrête finalement son conjoint le 1er novembre 2018.

Lors de son témoignage, Simon Brind'Amour a assuré qu’il n’avait jamais été violent envers la victime avant le moment où elle est morte sous ses coups.

Avec les informations de Geneviève Garon

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.