•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’environnement, un enjeu commun qui divise les partis en Saskatchewan

Un parc éolien sur un paysage de prairies.

Les stratégies environnementales des partis en lice pour les élections de la Saskatchewan divergent notamment sur l'importance à accorder aux énergies renouvelables.

Photo : BluEarth Renewables

Les questions environnementales sont en trame de fond des plateformes de chaque parti en lice pour les élections de la Saskatchewan, le 26 octobre. Chacun défend cependant une approche particulière de cet enjeu transversal et intergénérationnel.

La protection de l’environnement passe notamment par la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) qui dérèglent le climat. Ce sujet concentre l’attention des partis en Saskatchewan, car il est lié au secteur de l’énergie, qui occupe un rôle important dans l'économie de la province.

Choix énergétique et captage de carbone : les stratégies s'opposent

Le Parti saskatchewanais, le Nouveau Parti démocratique (NPD) les Verts et les Libéraux s’engagent à réduire les émissions de GES de la province. Ils veulent se détourner des énergies fossiles, mais ils ne misent pas sur les mêmes stratégies pour y parvenir.

Un graphique de type radar montre l'importance que chaque parti accorde aux énergies renouvelables, à l'énergie nucléaire, aux énergies fossiles et à la capture carbone.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

En Saskatchewan, chaque parti propose une stratégie différente pour lutter contre le changement climatique.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Lauzon

Le Parti saskatchewanais veut développer de petits réacteurs nucléaires (Small Modular Reactors, ou SMR) qui sont censés fournir de l’énergie décarbonée. Il poursuit son investissement aussi sur le captage de carbone, dont il a lancé un projet pilote en 2014.

Le NPD et le Parti vert doutent cependant de la faisabilité et de la rentabilité de ces projets. Ils estiment que les SMR ne seront pas disponibles avant longtemps et que leur exploitation pourrait être risquée.

Ce que vise le Parti saskatchewanais avec les SMR, c’est de reporter toute action à dans 15 ans. Et ce n'est pas acceptable.

Yens Pedersen, ancien ministre fantôme pour l’environnement et candidat du NPD

Concernant le captage de carbone, c'est sur l'efficacité et le coût de cette technologie que portent les critiques. Le NPD et le Parti vert parient plutôt sur une combinaisons d'énergies décarbonées telles que le solaire, l'éolien, la géothermie, ou encore la biomasse.

Le Parti saskatchewanais n’a pas été en mesure d’accorder une entrevue pour partager sa position quant aux propositions environnementales de ses opposants.

Pour l'environnement : état puissant ou marché puissant?

Le pouvoir accordé au secteur public et au marché privé est une importante ligne de démarcation des politiques environnementales, selon le docteur en science politique et professeur agrégé en politique publique et droit, Bruno Dupeyron. Il enseigne à l'école d'études supérieures de politiques publiques Johnson-Shoyama de l'Université de Regina.

Certains partis sont plus enclins à faire confiance au secteur privé, et d’autres disent : "Oui, le marché a son rôle à jouer, mais l’état a aussi un rôle de régulateur à jouer".

Bruno Dupeyron, docteur en science politique
Un homme prend la pose en extérieur, par une journée ensoleillée.

Bruno Dupeyron dit que la réussite des stratégies environnementales à tendance libertaristes dépend du bon vouloir du secteur privé.

Photo : David Stobbe

Les Verts voudraient renforcer l'implication des pouvoirs publics en ce qui a trait à l'environnement. À l'opposé, les progressistes-conservateurs veulent désengager l'état et créer un Portfolio vert pour les investisseurs. Le Parti Buffalo de la Saskatchewan s’aligne sur le Parti Saskatchewanais, qui opte pour une régulation modérée du marché par l'état. Les Libéraux et le NPD veulent un état fort, mais qui n'étoufferait pas le secteur privé.

La taxe fédérale sur le carbone est un exemple des divergences concernant la place à accorder aux pouvoirs publics. Le Parti saskatchewanais, le Parti progressiste-conservateur et le Parti Buffalo la rejettent alors que le NPD et les Libéraux la soutiennent.

Les Verts prônent plutôt un impôt provincial basé sur le principe de pollueur-payeur. L’argent reviendrait aux entreprises et particuliers qui émettent peu de gaz à effet de serre.

Résultats Boussole électorale :

  • La Saskatchewan devrait investir plus dans les énergies renouvelables : 70 %
  • La Saskatchewan devrait abolir la taxe sur le carbone : 56 %
  • Il faudrait construire de nouveaux pipelines en Saskatchewan : 61 %
  • La Saskatchewan devrait faire plus d’efforts pour réduire ses émissions de GES : 58 %
  • La Saskatchewan devrait construire des réacteurs nucléaires pour produire de l’électricité pour la province : 63 %

Méthodologie

La Boussole électorale n’est pas un sondage. Les utilisateurs ne sont pas présélectionnés. Les données, collectées du 28 septembre au 13 octobre 2020, ont été pondérées de manière à les rapprocher de celles d’un échantillon représentatif de la population réelle, selon les données du recensement et d’autres estimations démographiques.

Les données viennent des réponses de 4256 personnes qui ont utilisé la Boussole électorale. Cet outil en ligne a été créé par Vox Pop Labs, un groupe de sondeurs et de scientifiques sans affiliation politique.

La plupart des partis s’accordent cependant sur l’importance de convertir les emplois des énergies fossiles vers les technologies du futur. Mais pour Bruno Dupeyron, c'est surtout la décroissance économique que devra gérer le prochain gouvernement car selon lui elle va perdurer.

Il y a plein de questions qui émergent et ça risque d’être un peu compliqué à gérer. Il vaut mieux s’y attaquer le plus tôt possible.

Bruno Dupeyron, docteur en science politique

Cet expert en sciences politiques estime que seul le Parti vert propose des actions à la hauteur des conséquences du changement climatique.

Des experts en environnement qui peinent à se faire entendre

Le Parti vert est pénalisé par le système politique de la Saskatchewan, explique Bruno Dupeyron. Pour lui, les élections à un seul tour et sans proportionnelle favorisent les grands partis au détriment des petits groupes. Les Verts souhaitent d'ailleurs changer le système pour le rendre plus représentatif des différentes mouvances au sein de la Saskatchewan.

Ils dénoncent aussi les conflits d’intérêts des partis qui acceptent des dons d'entreprises ou de lobby, sans les plafonner.

Nous sommes l'une des seules provinces où on peut donner tout l’argent qu’on veut aux partis politiques.

Michael Wright, porte-parole des Verts pour les médias francophones

Selon eux, cela induit des conflits d'intérêts qui retardent l’action climatique.

Élections Saskatchewan 2020

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !