•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En Alberta, les membres du PCU votent en faveur d’un système de santé privé

Jason Kenney lève le bras pour saluer ses partisans.

En 2019, le chef du Parti conservateur uni, Jason Kenney, a été élu sur un programme qui ne prévoyait pas de privatiser le système de santé (archives).

Photo : Reuters / Chris Wattie

Radio-Canada

Lors de leur Assemblée générale annuelle, en fin de semaine, les membres du Parti conservateur uni albertain (PCU) ont approuvé une résolution proposant la mise en place d’un système de santé financé et géré par le privé qui fonctionnerait en parallèle du système public. 

La résolution a été approuvée samedi par un peu moins de 53 % des 793 votants.

Le ministre de Service Alberta, Nate Glubish, fait partie de ceux qui ont voté contre. Je comprends que le système de santé a besoin d’être réformé en profondeur, nous y travaillons très fort chaque jour. Si nous approuvons cette politique, il y aura beaucoup de déception de la part de tous les députés qui travaillent pour parvenir à des résultats, a-t-il commenté.

Dans le texte de la résolution, il est précisé que la population aura le choix entre les deux systèmes et pourra ainsi éviter les listes d’attente du système public.

Le mois dernier, le gouvernement provincial a relancé sa stratégie pour accélérer les opérations chirurgicales en faisant appel à des sous-traitants privés. Mais les opérations resteront couvertes par le régime public et, donc, gratuites pour les patients.

Même si les Albertains ont élu les conservateurs en 2019, ils ne leur ont pas signé un chèque en blanc pour qu’ils privatisent leur système de santé, a réagi Sandra Azocar, directrice générale de Friends of Medicare. Selon elle, les Albertains ne cessent de répéter qu’ils ne veulent pas que le gouvernement aille dans cette direction. 

Christine Myatt, porte-parole du bureau de Jason Kenney, a convenu que le programme électoral sur lequel le gouvernement conservateur a été élu était basé sur un système de santé public. D'après elle, la priorité de gouvernement provincial était d'améliorer l’accès de la population albertaine à des services publics de santé.

Les résolutions votées en fin de semaine aideront à développer la plateforme électorale de 2023, a-t-elle ajouté. Nous allons bien évidemment consulter de nombreux groupes pour l'élaboration de la plateforme 2023.

Mme Myatt a également noté que le programme électoral devra respecter la loi canadienne. Le mois dernier, la Cour suprême de la Colombie-Britannique s’est prononcée en défaveur d’un médecin qui voulait obtenir le droit de prodiguer, dans un système privé parallèle, des soins de santé offerts dans le système public de la province.

Un système à l'américaine, selon l'opposition

Au sujet de la résolution du PCU, le Nouveau Parti démocratique de l'Alberta dit qu'il s'agit d’un système de santé à but lucratif à l’américaine et appelle le premier ministre et son ministre de la Santé, Tyler Shandro, à la rejeter immédiatement.

Si M. Kenney et M. Shandro ne dénoncent pas cette politique, c’est parce que la privatisation du système de santé faisait partie de leurs plans depuis le départ, a affirmé le critique de l'opposition officielle en matière de santé, David Shepherd, dans un communiqué de presse.

La députée fédérale d'Edmonton Strathcona, la néo-démocrate Heather McPherson, a porté le sujet en Chambre lundi. La ministre fédérale de la Santé, Patty Hajdu, a répondu que le fait qu'un parti conservateur tente de remettre en question le principe d’universalité de notre système de santé est préoccupant. Nous lutterons pour nous assurer de protéger quelque chose que tous les Canadiens chérissent, qui est l’accès à des soins de santé, quel que soit votre revenu, quelle que soit votre capacité à payer, a-t-elle assuré.

La semaine dernière, le gouvernement provincial a annoncé que jusqu'à 11 000 employés de Services de santé Alberta seront licenciés. Ces emplois, la plupart dans les services de laboratoire, de nettoyage et de restauration, seront sous-traités à des entreprises privées.

En fin de semaine, l’assemblée générale annuelle du PCU a eu lieu en ligne en raison des restrictions dues à la COVID-19. 

Une trentaine de résolutions ont été débattues. Toutes ont été approuvées, notamment celle de créer un corps de police provincial et une agence chargée de percevoir les impôts

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !