•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les incidents racistes visant des Asiatiques en lien avec la COVID-19 sont dénoncés

Trois personnes âgées d'origine asiatique dans la rue.

La police de Winnipeg encourage la population à signaler les crimes haineux visant des personnes asiatiques en temps de pandémie.

Photo : Radio-Canada / Louise Moquin

Radio-Canada

La communauté asiatique de Winnipeg encourage ses membres à signaler les incidents de nature raciste liés à la COVID-19 auxquels ils font face, même si un rapport sur le sujet vise plusieurs villes au Canada, mais pas au Manitoba. Plus de 600 incidents de racisme anti-asiatique ont été recensés depuis le début de la pandémie à Vancouver, à Toronto, à Montréal, à Calgary et à Ottawa, dit l'auteur du rapport, l'organisme Chinese Canadian National Council.

Près de la moitié des incidents signalés se sont produits dans des lieux publics, et 83 % d'entre eux visaient des personnes originaires de l'Asie orientale, indique l'organisme. Il précise que 65 % des incidents consistaient en harcèlement verbal et que 60 % touchaient des femmes.

Une campagne nationale, baptisée Act to End Racism, qui se déroule jusqu’à la fin du mois d’octobre, invite les personnes à signaler les incidents racistes liés à la COVID-19 et à en parler.

Jennifer Chen, qui est membre de la Société du patrimoine asiatique, qui pilote le volet manitobain de la campagne, espère que davantage de personnes signaleront des incidents afin qu'on puisse disposer de données dans la province.

Culturellement, les Asiatiques sont humbles et ne veulent pas vraiment d'affrontements. Donc, pour diverses raisons, nous verrons très peu d'incidents signalés au Manitoba.

Jennifer Chen, membre de la Société du patrimoine asiatique au Manitoba

Mme Chen note que les barrières linguistiques peuvent empêcher des personnes de signaler des incidents auprès de la police. Certaines personnes peuvent penser qu’il n’y a pas assez de preuves pour signaler ces incidents, ajoute-t-elle.

Jennifer Chen, membre de la Société du patrimoine asiatique, tout sourire.

Très peu d'incidents anti-Asiatiques sont signalés à Winnipeg à cause de la barrière linguistique, selon Jennifer Chen

Photo : CBC / Jeff Stapleton

Ne rien négliger

Jennifer Chen dit qu’elle a elle-même ressenti un sentiment anti-Asiatiques lorsqu’un collègue a plaisanté en établissant un lien entre le nouveau coronavirus et elle.

Mes collègues ont pensé que c’était une blague, mais, moi, je ne trouve pas ça drôle du tout, je me sens mal à l’aise, souligne-t-elle

En ligne, j'ai aussi vu des gens, dont certains sont mes amis, publier des commentaires comme "Ne faites pas confiance aux Chinois pendant la COVID-19" et cela m'a rendu très triste.

Une autre membre de la communauté chinoise de Winnipeg, Ting Fang, affirme aussi avoir été la cible de propos de nature raciste, à deux reprises, depuis le début de la pandémie dans un commentaire en ligne sur la photo d’un ami et au travail .

Le commentaire publié dans une autre langue sur la photo se traduisait par : Restez en lieu sûr et restez loin de la Chine et des Chinois, explique-t-elle.

Mme Chen souhaite que la campagne permette de recueillir davantage de plaintes qui pourront être transmises aux décideurs politiques pour envisager un plan de relance post-pandémique comportant une politique antiraciste .

Si les gens ne veulent pas aller signaler les incidents de nature raciste à la police, ils peuvent toutefois le faire de manière informelle par le biais du site web de la Société du patrimoine asiatique du Manitoba, ajoute-t-elle.

Dans un courriel à CBC, le porte-parole de la police de Winnipeg, Jay Murray, dit qu'il n'a pas entendu beaucoup de plaintes de crimes haineux anti-Asiatiques liées à la COVID-19.

Jay Murray rappelle que l’unité des crimes majeurs du Service de police mène des enquêtes sur ce genre de crimes.

Il est important de signaler les crimes haineux. Cela nous permet d'enquêter et d'en retrouver les auteurs.

Jay Murray, porte-parole de la police de Winnipeg

Avec les informations de Peggy Lam

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !