•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le jugement dans l’affaire Montsion sera rendu mardi

Trois agents de police autour d'un homme étendu à terre. L'image de l'homme par terre a été volontairement brouillée.

L'agent Daniel Montsion, agenouillé au centre, est accusé d'homicide involontaire (archives).

Photo : YouTube

Radio-Canada

Le juge Robert Kelly rendra son jugement dans l’affaire Daniel Montsion — un policier d’Ottawa accusé entre autres de l’homicide involontaire d’Abdirahman Abdi — mardi.

L’agent Montsion est également accusé de voie de faits graves et d’agression armée. Il a plaidé non coupable aux trois chefs pesant contre lui.

Le jugement est rendu une vingtaine de mois après l’ouverture du procès, fort médiatisé, en février 2019.

Abdirahman Abdi, un Canadien d'origine somalienne âgé de 37 ans, est mort à la suite d’une arrestation musclée à laquelle Daniel Montsion a participé le 24 juillet 2016.

Dans ses plaidoiries finales, la Couronne a soutenu que les gestes posés par le policier ont contribué de manière significative à la crise cardiaque mortelle qu'a subie Abdirahman Abdi lors d'une confrontation avec les policiers.

La Couronne avait avancé que les coups de poing portés à M. Abdi par le policier d'Ottawa, avec des gants renforcés, lui ont causé des blessures au visage qui ont précipité sa mort.

L'agent Daniel Montsion à l'extérieur du palais de justice d'Ottawa.

L'agent Daniel Montsion à l'extérieur du palais de justice d'Ottawa. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Judy Trinh

De leur côté, les avocats de M. Montsion ont défendu le fait que leur client a agi conformément à sa formation et aux informations dont il disposait au moment de la confrontation.

Ses avocats ont affirmé qu'il n'avait d'autre choix que de s'engager après avoir été appelé en renfort par un autre agent.

L'avocat de la défense, Solomon Friedman, a indiqué que les gestes de l'agent Montsion étaient raisonnables et appropriés, compte tenu des circonstances, contre un homme jugé violent, qui résistait à son arrestation et qui était présumé avoir commis de graves agressions.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !