•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fin des feux d’artifice amateurs le 1er novembre à Vancouver

Étalage de feux d'artifice dans une boutique.

Il sera interdit aux Vancouvérois de lancer des pièces d’artifice eux-mêmes ou d’en acheter dans les boutiques spécialisées.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

Radio-Canada

Le soir de l’Halloween sera la dernière occasion de lancer des pièces d’artifice en toute légalité à Vancouver. Dès le 1er novembre, la Ville interdira leur vente et leur usage dans le but de réduire les blessures et les dommages faits aux propriétés.

La motion d’interdiction, adoptée l’année dernière par les conseillers municipaux de Vancouver, interdira aux particulier de lancer des pièces d’artifice à partir de leurs cours arrière et d’en acheter dans les boutiques spécialisées.

Les feux d’artifice organisés, notamment dans le cadre de manifestations telles que des célébrations ou des festivals resteront permis.

D’ici le 1er novembre, il est encore possible d’acheter ou de vendre des pièces d’artifice selon le système en place. Les acheteurs doivent se prémunir d’un permis après s’être renseignés sur les pratiques sécuritaires liées à l’utilisation de ces articles. Ils ne pourront s'en servir que le 31 octobre.

Les vendeurs doivent également détenir un permis pour vendre des pièces d’artifice du 25 au 31 octobre.

Le Service d’incendie de Vancouver indique que ce système de permis n’était pas suffisant.

Nous ne pouvons pas garder un système qui, année après année, cause des blessures et beaucoup de dommages aux propriétés, explique le responsable des communications, Jonathan Gormick.

Le Service d’incendie dépense en moyenne 20 000 $ de son budget chaque année durant une semaine afin de renforcer ce système, indique un rapport de la Ville.

Chaque année, les pompiers donnent également environ 5 contraventions de 1000 $ chacune à des commerces qui font la vente illégale de pièces d’artifice.

Le nouveau règlement rendra ce travail plus facile pour tous, puisque toute vente et possession sera illégale, souligne Jonathan Gormick.

Une maison détruite

Les propriétaires d’une maison de la rue Woodland, Patricia Mitchell et son frère Bruce, dont la propriété a été en partie détruite par un feu déclenché par des pièces d’artifice il y a cinq ans, accueillent favorablement cette nouvelle.

Patricia Mitchell et son frère Bruce devant leur maison.

La maison de Patricia et Bruce Mitchell a été partiellement détruite par un incendie causé par un feu d'artifice, la veille de l'Halloween 2015.

Photo : Ben Nelms / CBC

Ça a été un cauchemar, un vrai cauchemar, affirme Patricia Mitchell. Son frère et elle ont dû vendre la maison après une bataille juridique avec leurs assureurs sur le besoin de la reconstruire. Le dossier n’est toujours pas réglé.

Je suis content que la loi ait changé, assure Mme Mitchell, qui estime que l’utilisation de pièces d’artifice par des amateurs n’est ni sécuritaire ni appropriée dans une ville aussi peuplée que Vancouver.

Avec les informations de Chad Pawson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !