•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une enquête lancée après l’arrestation d’un Innu au Labrador

Le président du Conseil communautaire du NunatuKavut qualifie l'incident d'« un autre exemple troublant de la violence commise contre les peuples autochtones ».

Un agent municipal arrête un homme et le tient devant sa voiture.

Une capture d'écran tirée d'une vidéo qui montre l'arrestation d'un Innu, vendredi, à Happy Valley-Goose Bay, au Labrador.

Photo :  Capture d’écran - Facebook

Radio-Canada

La ville de Happy Valley-Goose Bay, au Labrador, lance une enquête indépendante et place un employé en congé administratif après une arrestation qualifiée d'« excessive  » et de « déraisonnable » par des leaders autochtones.

Vendredi, une vidéo de l’arrestation d'un Inuk a été publiée sur Facebook et partagée par la députée provinciale des Montagnes Torngat, Lela Evans.

Cette vidéo semble montrer un agent municipal qui tient le chandail d'un homme devant son camion. L'Inuk, qui a les mains dans le dos, semble essayer de se tourner pour parler à l'agent, mais ce dernier le jette soudainement au sol. La conversation entre les deux hommes ne peut pas être entendue dans la vidéo.

Certains commentaires semblent suggérer que l'homme arrêté par l'agent a craché au visage de ce dernier, mais Lela Evans dit que rien n'excuse le comportement de l'agent qui, selon elle, a eu recours à une force excessive et déraisonnable.

Une situation prise au sérieux par la Ville

La municipalité de Happy Valley-Goose Bay a publié un communiqué vendredi soir pour indiquer qu’elle est au courant de l’incident. La Ville a indiqué qu’elle lançait une enquête indépendante, sans préciser qui la mènera.

Elle affirme que l'enquête est d'une importance primordiale, mais dit ne plus vouloir commenter l’incident parce qu'il fait l'objet d'une enquête.

Un incident lié aux problèmes d'itinérance?

La députée Evans soutient que le traitement de l’homme qui a été arrêté témoigne du racisme présent à Happy Valley-Goose Bay. Au micro de CBC, elle soutient que les problèmes d'itinérance de la ville créent des tensions entre Autochtones et non-Autochtones.

Nous ne faisons pas assez pour lutter contre l’itinérance, et je pense que ça crée du racisme où ça n’existait pas.

Lela Evans, députée provinciale, Montagnes Torngat

Mme Evans explique que le gouvernement finance un refuge temporaire pour sans-abri à Happy Valley-Goose Bay, mais qu’il n’y a pas assez de programmes pour aider les gens à se trouver un emploi et un logement plus stable, et pour aider avec les troubles de dépendance.

Portrait de Lela Evans

La députée progressiste-conservatrice des Montagnes Torngat, Lela Evans

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Selon Lela Evans, cet agent municipal tentait de dissuader l’homme qu'il a finalement arrêté de flâner dans un espace public. Elle soutient que c’est le système policier et juridique qui gère les problèmes d'itinérance au Labrador, alors que ces enjeux devraient être la responsabilité des services sociaux.

Mme Evans accueille l’enquête, mais ne pense pas que l'incident est la faute de la municipalité. Elle dit qu'elle n'observe pas de racisme systémique au conseil municipal.

Frustration chez le conseil du NunatuKavut

Dans un communiqué, le Conseil communautaire du NunatuKavut, qui représente les quelque 6000 Inuit du sud et du centre du Labrador, répète la dénonciation de Mme Evans, en soulignant la force excessive et déraisonnable de l'agent municipal.

Le président du conseil, Todd Russell, croit que l’agent doit répondre de ses actes et réclame que la Ville inflige des sanctions disciplinaires dès que possible.

Ce comportement scandaleux n'est qu'un autre exemple troublant de la violence commise contre les peuples autochtones et du racisme structurel qui existe au sein des forces canadiennes de l'ordre, critique-t-il.

M. Russell exprime sa solidarité avec les gens qui ont partagé la vidéo et qui ont fait réagir la municipalité.

Avec les informations de Lukas Wall, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !