•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hockey junior : la SJHL jouera devant un nombre limité de spectateurs

L'aréna Elgar Peterson, domicile des Broncos de Humboldt.

L'aréna Elgar Peterson, domicile des Broncos de Humboldt.

Photo : La Presse canadienne / Liam Richards

Radio-Canada

La Ligue de hockey junior de la Saskatchewan (LHJS) a annoncé la reprise de ses activités cette semaine, mais le nombre de spectateurs sera limité lorsque les matchs reprendront en novembre.

Jusqu'à 150 personnes pourront assister aux matchs préparatoires, précise la Ligue. Elles devront porter un masque et respecter les règles de distanciation physique en vigueur.

Bien que le nombre de spectateurs soit limité, il est possible qu'il augmente pour le début de la saison, selon l'évolution de la pandémie. Nous pourrons peut-être l'étendre à 50 % [la capacité de l'aréna], mais pour le moment, nous allons avec 150, a déclaré le directeur général et entraîneur-chef des Hawks de Nipawin, Doug Johnson.

L'entraîneur espère voir la situation de la pandémie progresser positivement, estimant que le modèle actuel permis par la Ligue ne serait pas possible à long terme.

Sur une année entière, ce ne serait pas viable [pour les équipes et la Ligue].

Doug Johnson, directeur général et entraîneur-chef des Hawks de Nipawin

Des revenus durement amputés

Maintenant que la SJHL a publié ses directives de retour au jeu, c'est un poids sur les épaules des joueurs en moins, selon l'entraîneur : Même avec les restrictions, il y a beaucoup d'excitation. Les gars veulent juste jouer.

Des doutes persistent malgré tout, notamment devant la crise de la COVID-19.

Selon Doug Johnson, l'organisation des Hawks a déjà perdu environ 100 000 $ de revenus, à cause de l’arrêt des activités.

Le fait d'être limité à seulement 150 supporteurs dans les arénas priverait les équipes d’environ la moitié de leurs revenus, selon ses estimations.

L'incertitude est ce qui a été la partie la plus difficile dans tout cela.

Doug Johnson, directeur général et entraîneur-chef des Hawks de Nipawin

Du côté des Millionaires de Melleville, le directeur général et entraîneur-chef, Mike Rooney, trouve lui aussi que la situation est difficile à long terme. L'équipe pouvait générer 600 entrées payantes par match, selon ses estimations.

[Ce n'est] certainement pas un nombre [150 partisans] que nous voulons voir durer à long terme, mais pour le moment, nous allons certainement vivre avec , a déclaré M. Rooney. Financièrement, nous ne pourrons pas survivre avec 150 entrées par match.

La pandémie a eu un effet considérable sur d'autres aspects des activités de l’équipe, notamment les activités de collecte de fonds, qui ont dû être annulées. Le parrainage d'entreprise et les commandites sont également en baisse cette année.

Ce sera un défi, mais en même temps, nous pensons que les équipes sont importantes pour nos communautés, a dit Mike Rooney.

Les personnes qui souhaitent aider les équipes peuvent faire du bénévolat et participer à la collecte de fonds, a-t-il précisé.

Avec les informations de Bryan Eneas

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !