•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les petites maisons ont la cote

Un nouveau quartier de petites maisons à Shawinigan.

Un nouveau quartier de petites maisons à Shawinigan.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

Radio-Canada

Après les condos, les petites maisons semblent être populaires auprès des jeunes retraités. Les terrains pour les petites maisons du domaine Le Campagnard à Shawinigan ont été mis en vente en mai dernier et, déjà, plus des deux tiers ont été vendus. Une dizaine de maisons seront construites d’ici la fin de l’année.

Le promoteur, Mario Gélinas, estime que le développement est populaire parce qu’il répond à un besoin des retraités qui souhaitent réduire la charge de travail qu’impose une plus grande maison. Le format des petites maisons répond mieux à leurs besoins, notamment l'accessibilité du seul palier de la résidence.

Le courtier immobilier responsable de la vente, Francis Gélinas, affirme recevoir également plusieurs appels de retraités souhaitant un autre mode de vie que celui qu’ils ont vécu dans les condos des résidences pour personnes âgées.

C'est souvent des gens qui cherchent à s'en aller en appartement, qui vendent leur grosse maison, qui veulent un petit espace, mais regarde ici dans la région l'offre en appartements, en condos, il n'y en a pas énormément. Aussi, les gens veulent souvent garder un certain confort. Ce qu'on offre, ça vient comme les rassurer. C'est une maison neuve, ils en ont au moins pour une quinzaine d'années avant de mettre de l'entretien là-dessus, estime M. Gélinas.

En plus d'économiser à l'achat, les petites maisons coûtent moins cher d'entretien, fait valoir le promoteur.

Ça vieillit des maisons. Quand tu arrives pour rénover ta maison, au lieu de mettre 58 mètres de recouvrement extérieur, tu en mets à peine 19 mètres. Tes châssis, tu en as 10 par rapport à 45. Le monde se rend compte que ça a été trop loin. Les maisons, c'est rendu trop loin. On peut être bien dans peu, martèle M. Gélinas.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !