•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment fonctionne l’équipe de gestion des éclosions au Nouveau-Brunswick?

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Le Manoir de la Sagesse.

Le Manoir de la Sagesse à Campbellton au Nouveau-Brunswick le 13 octobre 2020.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Radio-Canada

Au Nouveau-Brunswick, une équipe est appelée à intervenir dans des secteurs vulnérables où des éclosions de COVID-19 surviennent, par exemple les foyers de soins et les résidences pour personnes âgées. L’objectif est de limiter rapidement et efficacement la propagation du virus.

C’est le Programme extramural qui gère cette équipe provinciale de gestion rapide des éclosions.

Un commandant, un directeur opérationnel, un gestionnaire clinique et une gamme de professionnels de la santé forment l'équipe clinique.

À ce jour, l'équipe a été déployée en mai Manoir de la Vallée, à Atholville; et plus récemment au Manoir Notre-Dame à Moncton et au Manoir de la Sagesse, à Campbellton.

L'équipe pourrait aussi être appelée à intervenir en tout autre lieu où des individus sont jugés plus vulnérables, par exemple un refuge pour sans-abris.

Le déploiement est déclenché lorsqu’un résident ou un employé d’un tel établissement reçoit un résultat positif à un test de dépistage de la COVID-19.

Un dépistage de masse est ensuite effectué dans l’établissement. C’est à ce moment que les membres de l’équipe de réponse rapide arrivent sur le terrain.

Ginette Pellerin devant une webcam.

Ginette Pellerin, vice-présidente du Programme extramural, en entrevue par webcam le 18 octobre 2020.

Photo : Radio-Canada

L’objectif de l’équipe, c’est vraiment d’être déployée le plus rapidement possible pour être capable de contenir l’éclosion, pour ne pas qu’elle se propage chez les résidents, explique Ginette Pellerin, la vice-présidente du Programme extramural.

L’équipe doit s’assurer que toutes les mesures de contrôle sont en place et que le personnel a accès à tout l’équipement nécessaire pour continuer à prodiguer les soins de façon sécuritaire.

Cette équipe pourra aussi, en cas de besoin, prendre la relève des membres du personnel qui contractent la COVID-19 ou qui sont placés en isolement préventif.

Le recrutement dépendra des besoins. Les premières personnes appelées en renfort sont du personnel de l’extramural, mais on frappera aussi, si nécessaire, aux portes des régies de santé.

Le nombre de personnes déployées varie selon la situation et de la grosseur de la résidence.

Les équipes cliniques se retirent à la fin de l’éclosion, explique Ginette Pellerin.

C’est le médecin régional qui détermine [...] le début de l’éclosion. C’est eux autres qui activent [la réponse], qui nous disent que c’est une éclosion, et c’est eux autres qui vont nous dire qu’on est à la fin, dit-elle.

D’après le reportage de Wildinette Paul

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !