•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vers d’autres accords arabo-israéliens, même sans Trump?

Les quatre hommes sont debout devant l'avion et derrière chacun un micro.

Le conseiller à la sécurité israélien Meir Ben-Shabbat, l’ambassadeur américain en Israël, David Friedman, le secrétaire au Trésor américain, Steve Mnuchin et l’envoyé des États-Unis pour le Moyen-Orient Avi Berkowitz posant avant d'embarquer dans un avion israélien portant l'inscription «Paix» en arabe, en anglais et en hébreu, et arborant des drapeaux bahreïni, américain et israélien à l'aéroport international de Tel Aviv.

Photo : Reuters / RONEN ZVULUN

Reuters

L’envoyé de Donald Trump pour le Moyen-Orient a déclaré dimanche que les efforts du président américain en vue d’un rapprochement entre Israël et les États arabes prennent de l’élan et a dit espérer que d’autres accords suivront, même si M. Trump ne gagnait pas les élections.

Avi Berkowitz, qui accompagnait la délégation israélienne se rendant à Bahreïn dimanche, a affirmé que les Accords d’Abraham bénéficient d’un appui bipartisan aux États-Unis et qu’ils sont conçus pour porter fruit à long terme et pour encourager l’engagement de la base en Israël et chez ses nouveaux partenaires arabes.

La paix est une chose que tous devraient célébrer et voir comme une chose positive pour le monde, a-t-il dit en entrevue. Nous espérons sincèrement que, peu importe qui gagnera l’élection, les Accords d’Abraham continueront de grandir.

Comme l'avaient fait les Émirats arabes unis, Bahreïn a convenu le mois dernier de normaliser ses relations avec Israël, suscitant ainsi la colère des Palestiniens. Ces derniers avaient posé comme condition à un tel rapprochement la création d'un État palestinien ayant Jérusalem-Est comme capitale.

Le gouvernement américain s’est livré à une course contre la montre pour finaliser les accords de normalisation avant l’élection de novembre, dans l'espoir de favoriser la réélection du président.

Pour les alliés des États-Unis au Moyen-Orient, ces accords sont l’occasion de resserrer plus ouvertement leurs rangs contre l’Iran.

L’avion transportant la délégation israélienne a survolé l’Arabie saoudite, avec l’accord de cette puissance du Golfe qui a jusqu’ici résisté aux appels à normaliser ses relations avec Israël.

C’est une décision à laquelle [les Saoudiens] doivent ultimement eux-mêmes arriver. Nos conversations avec eux ont été positives sur plusieurs fronts, a répondu M. Berkowitz interrogé sur d’éventuels plans saoudiens allant dans le même sens.

Nous nous tournons vers eux pour une compréhension de la région, de la façon dont vont les choses sur de nombreux fronts, nous avons eu de très bonnes discussions avec eux, mais le temps nous le dira, a-t-il ajouté.

Avi Berkowitz, le secrétaire au Trésor Steve Mnuchin et d’autres délégués se rendront lundi aux Émirats arabes unis où l’accord avec Israël a ouvert le commerce bilatéral.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !