•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La survie du Dépanneur Sylvestre de Gatineau est menacée

L'extérieur du bâtiment où logeait le Dépanneur Sylvestre, avant sa fermeture.

La survie du Dépanneur Sylvestre de Gatineau, fermé depuis plus d'un an en raison d'un incendie, est menacée.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un an après avoir été durement touché par un incendie, le célèbre Dépanneur Sylvestre de Gatineau est toujours fermé. Pandémie oblige, l'organisme communautaire a été forcé de suspendre ses activités et d’abandonner son local, faute de fonds.

Le Dépanneur Sylvestre, à Hull, a pour mission de combattre l’isolement en offrant diverses activités sociales, comme des soupers collectifs. En période de pandémie, alors que l’organisme serait plus nécessaire que jamais, sa survie est désormais menacée.

Le local, situé sur la rue Fortier, dévasté par un incendie en août 2019, a été remis en location au prix de 4000 $ par mois – près du double que ce que payait l’organisme.

Malgré leurs recherches, les membres de l’organisme n’ont toujours pas trouvé de local parfait pour déménager. Mais ils hésitent surtout à signer un bail, puisqu’il serait difficile de payer un loyer, alors que les activités sont suspendues en raison de la COVID-19, explique la présidente du conseil d’administration, Colette Coughlin.

Ça nous manque, le contact humain, le fait d'accueillir et de partager avec les gens. C’est vraiment ça la flamme qui faisait que notre implication était agréable.

Colette Coughlin, présidente du conseil d’administration
Une femme en entrevue avec Radio-Canada, devant l'immeuble où logeait le Dépanneur Sylvestre.

Colette Coughlin, présidente du conseil d'administration du Dépanneur Sylvestre à Gatineau.

Photo : Radio-Canada

Le Dépanneur Sylvestre ne compte aucun employé : tous ses membres sont bénévoles. C’est la beauté [du Dépanneur Sylvestre], mais c’est aussi une faiblesse. C’est toujours plus fragile qu’un organisme avec des postes, souligne Mme Coughlin.

La survie du dépanneur dépend vraiment de la volonté des citoyens, dit-elle.

Un manque dans le quartier

Depuis la fermeture, plusieurs clients réguliers du Dépanneur Sylvestre disent s’en ennuyer. C’est le cas du Gatinois Marcel Bertrand, qui a été bénévole pendant plus de trois ans pour l'organisme de Hull.

Lorsqu’il a déménagé dans le quartier, M. Bertrand a découvert, au Dépanneur Sylvestre, un lieu d'entraide et de sécurité. Comme beaucoup de monde qui gravite vers le Dépanneur Sylvestre, j’allais moins bien, il y a six, sept ans, fait-il valoir.

Selon lui, la fermeture temporaire de cet organisme de bienfaisance est d'ailleurs préoccupante, surtout pour sa clientèle plus fragile.

Il y a des gens qui n’ont pas le loisir de se réinventer. Comme là, on a le COVID, il faut que la société se réinvente, mais c'est pas tout le monde qui est capable.

Marcel Bertrand, ancien bénévole du Dépanneur Sylvestre
Un homme en entrevue avec Radio-Canada, à l'extérieur d'un bâtiment en briques rouges.

Le Gatinois Marcel Bertrand a été bénévole pour le Dépanneur Sylvestre pendant plus de trois ans.

Photo : Radio-Canada

Un avenir incertain

Malgré tout, Mme Coughlin garde espoir quant à la réouverture du dépanneur. Elle travaille présentement avec plusieurs citoyens sur une relance. Mais pour que celle-ci soit possible, l’organisme a besoin de bénévoles et d’un local abordable.

Je pense que le besoin est là. L’énergie et l’amour pour ce projet-là existent toujours très fort dans la communauté. Est-ce qu’on va retrouver suffisamment de bénévoles pour remettre ça en marche? C’est pas évident.

Colette Coughlin, présidente du conseil d’administration

Le sort du dépanneur sera déterminé lors d’une assemblée générale annuelle (AGA) en novembre prochain, à laquelle les citoyens du quartier sont d'ailleurs invités à participer.

Avec les informations de Roxane Léouzon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !