•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le secteur des arts tente de se remettre en scène

Ashley Au porte un masque devant un bâtiment, où la devanture annonce la tenue d'un concert de jazz.

Le secteur des arts et de la culture représente 1,6 milliard de dollars chaque année dans la province et emploie plus de 20 000 personnes, selon Statistique Canada.

Photo : Radio-Canada / Tyson Koschik / CBC

Radio-Canada

Alors que le secteur des arts a été durement touché par la COVID-19, des artistes manitobains tentent de trouver des façons de s’adapter à leur nouvelle réalité.

Selon un rapport (Nouvelle fenêtre) du Conseil des arts du Manitoba, les travailleurs du secteur s’attendent à perdre environ 70 % de leurs revenus après l'annulation ou le manque de concerts, de contrats et de ventes entre mai et août de cette année.

Ces données ont été obtenues à partir d’un sondage auquel 485 personnes et organisations du secteur ont répondu.

La bassiste et compositrice Ashley Au fait partie des musiciens touchés par la pandémie.

Elle pensait que la saison estivale allait être bien remplie, entre le Festival de jazz de Winnipeg, le Festival folk et d’autres manifestations organisées au pays, mais le coronavirus a mis fin à tous ses projets.

Mon été tout entier s’est évaporé devant moi, raconte-t-elle.

Ashley Au a dû trouver des façons de concilier son travail avec les nouvelles restrictions de la santé publique.

En juillet, elle a joué de la basse avec le groupe Chuck Copenace Group durant un concert retransmis en direct depuis le théâtre Burton Cummings, dans la cadre de la série Apart Together, de Jazz Winnipeg.

C’est vraiment étrange, dit-elle. Tu joues, puis tu t’arrêtes entre les musiques, et lorsque tu essayes de parler aux gens sur Internet, personne ne te répond, évidemment. C’est vraiment bizarre.

Normalement, tu joues à partir de l’énergie du public. Il y a une sorte d’ambiance frénétique lorsque tu es sur scène, que ce soit dans ta salle de concert préférée ou dans un bar ou une boîte de nuit avec un DJ qui joue tes chansons préférées.

Prestation canadienne d'urgence : Une claque dans la figure

Si ces performances ont dû être annulées pour la plupart, Ashley Au a pu bénéficier de la Prestation canadienne d’urgence pour l’aider à payer ses factures. C’était un soulagement immense, dit-elle.

Les artistes de son entourage gagnent généralement moins que ce que représente le montant de cette aide fédérale, souligne-t-elle toutefois.

Ils doivent avoir des emplois à temps partiel à côté pour pouvoir joindre les deux bouts.

Avoir des représentants du gouvernement qui te disent : "Voilà le montant qu’une personne nécessite pour vivre seule, payer son loyer et s’acheter de la nourriture, peut-être aussi avoir un rendez-vous chez le dentiste", ça met une claque dans la figure de tous ceux qui ont eu des difficultés pendant bien plus longtemps que ça.

Ashley Au espère que la pandémie permettra d’envisager un revenu universel de base qui prendrait en compte les travailleurs du domaine des arts.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !