•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des cours de soufflage de verre adaptés à la pandémie de COVID-19

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Une artisane entortille la queue en verre soufflé d'une citrouille.

Fabrication d'une citrouille en verre soufflé

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Comme bien d'autres, les artisans de la coopérative de souffleurs de verre d'Ottawa ont dû se réinventer en raison de la COVID-19. Pour poursuivre leurs activités auprès de plus petits groupes, ils ont adapté leurs outils de formation.

Souffleuse de verre depuis 24 ans et membre de la coopérative, Jennifer Bennett explique que le processus traditionnel de fabrication des pièces en verre soufflé nécessite que deux personnes soufflent dans la même canne à vent.

Une souffleuse de verre, masque sur le visage, donne des explications dans l'atelier de la coopérative.

La souffleuse de verre Jennifer Bennett explique les changements que la coopérative des souffleurs de verre d'Ottawa a dû apporter en raison de la pandémie.

Photo : Radio-Canada

Notre plus gros défi, c’est que [...] habituellement en verre soufflé, on travaille à deux et on met chacun à notre tour notre bouche sur notre canne pour souffler. On ne pouvait pas du tout faire ça, il fallait trouver d’autres moyens, explique-t-elle.

La coopérative a d’ailleurs fermé ses portes durant le printemps, lors de la première vague de cas de COVID-19.

Une femme chauffe sa pièce de verre soufflé dans un four.

Une artisane de verre soufflé fabrique une pièce dans un atelier.

Photo : Radio-Canada

L’organisation a par la suite pris contact avec d’autres ateliers aux États-Unis, mais aussi ici, au Canada, qui ont fait part de leurs innovations pour surmonter ce défi.

Jennifer Bennett raconte avec enthousiasme qu’ils ont pu adapter leurs ateliers en fonction de deux nouvelles techniques, une pompe à pression artérielle qui a été adaptée pour s’attacher sur la canne et souffler de l’air. L’autre technique est un boyau attaché à l’air comprimé.

Une personne travaille la pièce de verre tandis que l'autre s'occupe de souffler de l'air dans le verre à l'aide d'une pompe à pression artérielle.

Deux artisans travaillent à confection d'une pièce de verre soufflé.

Photo : Radio-Canada

Je trouve assez génial qu’on ait pensé à ça! ajoute-t-elle avec fierté.

Les pièces sont encore travaillées par deux personnes, mais en utilisant les nouveaux outils.

La formule pour l’offre des cours aussi a été repensée en raison des nouvelles normes de la santé publique. La durée entre deux cours a été allongée pour s’assurer de ne pas croiser les autres artisans. Le nombre de personnes dans l’atelier a été réduit à cinq et le matériel et les outils sont désinfectés entre les utilisations.

Une artisane tient entre ses mains une citrouille orange et verte en verre soufflé.

Une citrouille en verre soufflé

Photo : Radio-Canada

Jennifer Bennett précise que les cours sont très populaires et se remplissent vite. Les citrouilles sont à l’honneur en ce mois d’octobre. En novembre et décembre, les élèves souffleront des boules de Noël, signe que si bien des choses ont changé avec la pandémie, certaines traditions sont bien enracinées.

Avec les informations de Barbara Laurenstin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !