•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des infirmières invitées à se vacciner entre elles contre la grippe

Un vaccin contre la grippe est administré au Yukon

La vaccination contre la grippe ne sera pas une priorité du réseau de la santé cet hiver.

Photo : Radio-Canada / Chanss Lagaden/CBC

La vaccination contre l’influenza du personnel du réseau de la santé ne sera pas obligatoire à nouveau cette année, en dépit de la COVID-19. Des milliers d’infirmières seront invitées à se vacciner entre elles.

Lorsqu’il sera affecté en CHSLD au terme de sa formation comme préposé aux bénéficiaires, Yves Roger a l’intention de se faire vacciner contre la grippe. D'habitude je ne la prends pas, mais cette année je vais la prendre, puisque je vais travailler dans un milieu à risque.

Rencontré au Centre de Formation Compétences 2000 à Laval, M. Roger précise ne pas avoir été obligé de se faire vacciner. Je pense que c'est bien pour moi et pour les patients et pour tout le monde, dit-il.

Des collègues étudiants ont aussi l’intention de se faire vacciner. Il y a des années où le vaccin est efficace et des années pas pantoute, mais c'est bon de se faire vacciner, explique Sylvie Venne.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Un vaccin prêt à être administré

Objectif de 35 % à 60 %

Au CISSS de Laval, on aimerait bien vacciner davantage d’employés cette saison. Que ce soit les préposés, le personnel infirmier et les médecins.

La vaccination n'est pas obligatoire [...] et le taux de réponse tourne autour de 25 %. Cette année, on souhaite atteindre autour de 35 % de nos employés.

Marie-Pier Thériault, chef de service santé et sécurité au travail au CISSS de Laval.

Au CIUSSS de l’Est-de-l’île-de-Montréal, une porte-parole précise que notre objectif est de vacciner 60 % du personnel qui est en contact direct ou indirect avec les usagers/patients ou en contact avec des liquides biologiques, ceci représente 10 567 employés.

Dans les deux établissements, les contraintes liées à la COVID-19 vont modifier les façons de faire cette année.

On va favoriser la vaccination par les collègues de travail compétents pour administrer des vaccins afin de gagner en efficacité et de minimiser le nombre de vaccinateurs requis, précise-t-on au CIUSSS de l’Est-de-l’île-de-Montréal.

À Laval, la chef de service santé et sécurité au travail ajoute que les infirmières peuvent se vacciner entre elles. Comme les infirmières ne peuvent pas se rendre sur les unités en éclosion, c'est intéressant qu'elles puissent se vacciner entre collègues.

Éviter l’absentéisme

Depuis le début de la pandémie, des milliers du réseau de la santé ont dû s’absenter en raison de symptômes liés à la COVID-19 ou de manière préventive.

Or, comme le précise Marie-Pier Thériault du CISSS de Laval, que ce soit la COVID ou l'influenza, les symptômes sont similaires. D'avoir une vaccination contre l'influenza permet d'avoir une main-d'œuvre qui est plus présente qui est moins à la maison.

Une femme dans la quarantaine répond aux questions.

Marie-Pier Thériault, chef de service santé et sécurité au travail au CISSS de Laval.

Photo : Radio-Canada

Dans un avis récent sollicité par le ministère de la Santé et des Services sociaux, le Comité sur l’immunisation du Québec (CIQ) rappelle que les travailleurs de la santé figurent parmi les principaux groupes actuellement ciblés pour la campagne annuelle de vaccination et que la couverture vaccinale [...] chez les personnes susceptibles de [...] transmettre l’infection reste sous-optimale au Québec.

Lors de l’étude des crédits 2019-2020, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) précisait que pour la saison 2017-18, 60 000 travailleurs de la santé avaient été vaccinés, soit 24 %.

Au MSSS, un porte-parole précise par écrit qu'il n'y a plus d'objectifs de couverture vaccinale pour le personnel de la santé. Nous avons toutefois maintenu un partenariat avec l'ASSTSAS qui est responsable de la campagne de promotion de la vaccination contre l'influenza pour les travailleurs de la santé.

Pour le vice-président et responsable pour la santé et sécurité au travail au Syndicat des infirmières, inhalothérapeutes et infirmières auxiliaires de Laval (SIIIAL-CSQ), Dereck Cyr, la vaccination des employés contre la grippe saisonnière est avant tout une décision personnelle.

La vaccination était quasiment obligatoire, mais depuis trois ans les données probantes indiquent que l’efficacité du vaccin n’est pas garantie.

Dereck Cyr, responsable syndical

Le site du MSSS indique que le vaccin prévient la grippe chez environ 40 à 60 % des personnes en bonne santé lorsque les souches de virus qu’il contient correspondent bien aux souches en circulation.

Médecin à l’Institut national de santé publique, Gaston De Serres, constate que l’activité grippale dans l’hémisphère Sud du globe demeure modérée. Un indicateur de ce qui s’en vient au Nord.

On recommande aux employés de recevoir le vaccin, on continue à le dire. Mais dans le contexte où on pense avoir une saison d'influenza relativement tranquille, on ne pense pas que c'est nécessairement une priorité d'augmenter beaucoup l'effort pour augmenter la couverture vaccinale, ajoute M. De Serres.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !