•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Flambée des ventes de poêles à bois

Un foyer vitré sur 360 degrés.

Le chauffage au bois connaît un regain de popularité, notamment parce que les acheteurs sont plus souvent à la maison.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un engouement se fait sentir pour les appareils de chauffage dans l'Est-du-Québec. En raison de la pandémie, les gens sont beaucoup plus nombreux à vouloir se procurer, par exemple, un poêle à bois pour l'hiver. Avec le télétravail, certains ont davantage de temps pour en profiter.

Il faut s'y prendre d'avance cette année, pour pouvoir profiter de la chaleur réconfortante d'un feu de foyer.

Avec la pandémie, le téléphone des entreprises d'appareils de chauffage ne dérougit pas et l'attente est longue.

Les gens ont beaucoup plus de temps, notamment les gens qui sont au poêle à bois. [Ils peuvent] chauffer le poêle à bois quand ils sont en télétravail, remarque Étienne Dionne, propriétaire de Marcel Dionne et Fils à Rimouski.

Un homme souriant dans un magasin d'appareils de chauffage.

Étienne Dionne, propriétaire de Marcel Dionne et Fils à Rimouski

Photo : Radio-Canada

Au Bas-Saint-Laurent, impossible d'obtenir un rendez-vous pour l'installation d'un de ces appareils avant décembre.

Étienne Dionne estime que la demande pour les poêles à bois est entre 15 et 25 % plus importante qu’à l’habitude.

Les fournisseurs des commerces comme celui d’Étienne Dionne commencent déjà à manquer de pièces.

Beaucoup d'usines ont été arrêtées pendant une partie de la saison et ont de la misère à recruter de la main-d'œuvre, donc ça se répercute partout, raconte l’entrepreneur.

Constat identique au magasin Au coin du feu de Rimouski. Il y a des matériaux par exemple qui sont faits en céramique blanche qu'on ne peut plus [se procurer], indique son président directeur général, Étienne Lepage.

En plus de ce problème d'approvisionnement, les entreprises de chauffage doivent faire face à un manque criant de main-d'œuvre.

Chez Marcel Dionne et fils, les gestionnaires ont même été forcés de réduire leurs heures d'ouverture pour pouvoir donner un certain répit aux employés.

On était ouvert tous les dimanches, mais on a pris la décision, avec Club Piscine, de fermer tous les dimanches parce que c'était impossible de suffire à la tâche sur sept jours. On a aussi réduit nos heures d'ouverture pour justement pouvoir avoir une meilleure qualité de vie, pour que tout le monde puisse se reposer un peu, indique le gestionnaire.

Même son de cloche chez Noréas Foyers-Au coin du feu à Rimouski. On a une forte tâche ces temps-ci et [on vit] avec un manque d'employés. J'ai des employés qui sont très vaillants et assidus pour subir la croissance et le manque de personnel, indique Étienne Lepage.

Selon les deux entrepreneurs, les nouvelles normes mises en place dans cette industrie cette année ont aussi incité davantage de gens à se procurer un appareil de chauffage.

En effet, avec certaines nouvelles technologies, les risques de polluants dans la cheminée sont beaucoup moins présents.

D’après un reportage de Jennifer Boudreau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !