•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La construction d'un gîte touristique sème la controverse à Magog

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Deux grues sont stationnées sur le chantier d'une large route entourée d'arbres.

Des groupes environnementaux s'inquiètent de la construction d'un gîte touristique aux abords du lac Memphrémagog.

Photo : Radio-Canada / Daniel Mailloux

Radio-Canada

La construction d’un gîte touristique à Magog suscite l'indignation de groupes voués à la protection de l'environnement. Le vaste chantier résidentiel contribuerait à un apport inquiétant de nutriments dans le lac, ce qui affecterait la qualité de l'eau, selon ces organismes.

Le président de l'organisme Memphrémagog Conservation est consterné par ce chantier de construction d'un gîte touristique située aux abords du lac Memphrémagog.

En 53 ans, c’est l’une des pires situations que le Memphrémagog Conservation a vue sur le lac.

Robert Benoit, président, Memphrémagog Conservation

Le chantier a nécessité la coupe de nombreux arbres sur une superficie évaluée à quatre acres par l'organisme.

Selon Robert Benoit, les travaux ne sont pas exécutés de manière optimale, ce qui contribue à de l’érosion et à un apport important en sédiments dans le lac.

Ces sédiments qui se ramassent dans le lac en ce moment vont générer éventuellement un jardin extraordinaire pour les plantes envahissantes et toute la question de pollution parce que des sédiments c’est polluant, a-t-il expliqué.

Jean-Claude Thibault, le président du RAPPEL, une coopérative de solidarité en protection de l'eau, craint quant à lui qu'une large route construite en ligne droite, avec un fort dénivelé, contribue à la dégradation de la qualité du lac en accélérant l'arrivée de sédiments dans l'eau.

C’est assuré au Québec qu’un sol à nu, comme un chemin, va évidemment s’éroder, a affirmé le président de l’organisme. Ça aurait dû être un chemin en serpentin ou en zigzag ou dans chaque courbe l’eau sort et retourne à la forêt.

Ces représentants d'organismes environnementaux se disent très surpris de voir ce type de chantier en 2020 alors qu’il existe de nombreuses méthodes qui permettent de construire tout en protégeant l'environnement.

Les connaissances sont là pour éviter ce genre de situation et on n’en a pas tenu compte, ni à l’Hôtel de Ville, ni le promoteur, ni le propriétaire, se désole Robert Benoit.

Magog approuve les travaux

La Ville de Magog, qui a effectué plusieurs inspections, juge pourtant que le chantier est tout à fait conforme aux normes municipales.

Dans ce dossier-là, ils avaient suivi à la lettre les règlements et le promoteur et l’entrepreneur ont accepté de faire plus même de ce qui avait été normalement exigé, a mentionné la mairesse de Magog, Vicki-May Hamm.

C’est très clair qu’il faut revérifier les règles, renchérit Jean-Claude Thibault. Les résultats sont là, le lac est contaminé. La municipalité doit se poser la question : qu’est-ce que ça veut dire qu’en suivant nos règles, ça contamine le lac?

La mairesse se dit ouverte à examiner la réglementation pour interdire l'aménagement de chemin linéaire dans une pente à fort dénivelé.

Ce qu’on pourrait dire dans une prochaine réglementation c’est de faire un peu moins en ligne droite, pour avoir moins cette grande ouverture qui a été créée, a-t-elle concédé.

Le propriétaire du Clos D'Ambroise se défend

Le propriétaire du terrain et du futur gîte le Clos D'Ambroise, Bertrand Lemay, n’a pas souhaité accorder d’entrevue.

Il a toutefois affirmé, lors d’un entretien téléphonique, qu’il se soumet à toutes les exigences du gouvernement et de la municipalité. Il mentionne également que la bande riveraine sur son terrain est quatre fois plus large que ce qu'exige la réglementation provinciale.

Concernant le chemin d’accès, il explique qu'une norme de la municipalité l'a contraint à cette dimension plus large pour faciliter l'accès aux véhicules du service de sécurité incendie.

M. Lemay mentionne également qu’il souhaite que les citoyens puissent bénéficier des lieux puisqu’il s’agira d’un gîte touristique.

D'après le reportage de Thomas Deshaie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !