•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Boussole électorale : unis pour les forêts anciennes, divisés sur la taxe carbone

Une dame marche sur la souche d'un arbre géant, alors qu'elle en touche le tronc de sa main.

Cet immense cèdre rouge a été abattu dans la vallée de Nahmint, près de Port Alberni, sur l'île de Vancouver, en 2018.

Photo : TJ Watt/Ancient Forest Alliance

Une forte majorité des Britanno-Colombiens ayant participé à la Boussole électorale (Nouvelle fenêtre) indique vouloir arrêter la coupe des forêts anciennes. Ils sont toutefois plus divisés en ce qui a trait à la taxe provinciale sur le carbone.

Ce sont 69 % des répondants qui pensent que toute exploitation forestière dans les forêts anciennes devrait être immédiatement arrêtée. Seulement 17 % des personnes interrogées ne croient pas que toute exploitation forestière dans ces forêts devrait être interrompue immédiatement.

Les libéraux plus divisés

Les électeurs sondés du Parti vert (88 %) et ceux du Nouveau Parti démocratique (77 %) sont proportionnellement plus nombreux à vouloir que ces coupes cessent. Les électeurs du Parti libéral sont plus divisés sur la question, alors que 46 % d’entre eux ne veulent pas que l’exploitation forestière dans les forêts anciennes cesse.

Fait intéressant, les réponses des électeurs à ce sujet varient très peu en fonction de l’âge et du niveau d’éducation, mais ceux dont le ménage a un revenu plus faible sont les plus susceptibles (48 %) d’être fortement d’accord avec une interruption de la coupe dans les forêts anciennes.

Méthodologie

Les données s'appuient sur les réponses à la Boussole électorale de la Colombie-Britannique, créée par Vox Pop Labs, une équipe de politologues et de statisticiens qui se veut non partisane.

Il ne s’agit pas d’un sondage. Les répondants ne sont pas présélectionnés. Les réponses de 19 103 participants, collectées du 4 au 14 octobre 2020, ont été pondérées de manière à les rapprocher de celles d’un échantillon représentatif de la population réelle de la province, selon les données du recensement et d’autres estimations démographiques.

Les avis divergent sur la taxe carbone

Les résultats de la Boussole suggèrent cependant que les avis divergent quant au niveau de la taxe carbone alors que 37 % des répondants voudraient qu’il soit plus élevé, 30 % le jugent suffisant, et 21 % voudraient qu’il soit moins élevé.

Les répondants qui ont un diplôme universitaire sont proportionnellement plus nombreux (47 %) à se dire favorables à une hausse du niveau de cette taxe. Les résultats de la Boussole indiquent relativement peu de différences en fonction du revenu ou de l’âge des électeurs.

Sans surprise, les réponses s'inscrivent ici aussi dans une division partisane. Parmi les électeurs du Parti vert qui se sont servis de l'outil, 65 % pensent que le taux de la taxe sur le carbone devrait être plus élevé, comparativement à 42 % des électeurs néo-démocrates. Les électeurs libéraux sont proportionnellement plus nombreux à la juger trop élevée (43 %).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !