•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les dons d’organe en baisse inquiètent Chaîne de vie

L'affiche du défi Chaîne de vie.

Le défi Chaîne de vie poursuit ses activités de sensibilisation pour inciter les gens de la région à faire un don d'organe.

Photo : Radio-Canada / Pierrick Pichette

Radio-Canada

Avec les dons d’organe en baisse, le défi Chaîne de vie a tenu son ascension annuelle du mont Orford dans l’espoir de sensibiliser la population à l’importance de ce geste.

L’organisme rappelle que malgré la pandémie, les besoins demeurent. En juillet, quelque 800 patients se trouvaient en attente d'une transplantation.

Environ 50 personnes par année décèdent lors de cette attente-là interminable du don d'organes, donc on s'attend à des statistiques qui vont être légèrement à la hausse l'année prochaine.

Janie Boulianne-Gref, coordonnatrice du défi Chaîne de vie

En plus de contribuer à diminuer les dons, la pandémie préoccupe les greffés qui sont plus vulnérables devant cette maladie. Cette inquiétude est d’ailleurs palpable chez Janie Boulianne-Gref qui a reçu un don d'organe et qui s’implique dans la sensibilisation à cette cause.

Pour les gens qui sont greffés comme moi, de recevoir un diagnostic de COVID, c'est le tiers des chances de perdre mon rein, décrit-elle.

Une ascension différente

Alors que les marcheurs se comptent habituellement par dizaines lors du Défi Chaîne de vie, il n'y avait que trois porte-étendards du mouvement cette année en raison de la pandémie. Ils se sont rendus au sommet afin d'y brandir un drapeau.

Depuis l'an dernier, une initiative a aussi été implantée dans de nombreuses écoles estriennes. L'organisme a choisi de s'adresser principalement aux plus jeunes qui constituent de bon ambassadeurs au sein de leur famille.

L'idée, c'est qu'ils puissent rapporter ça à la maison et avec leurs amis pour inciter les gens à en discuter, on voit qu'il ont un grand intérêt d'en parler aussi, peut-être un petit peu moins de gêne aussi, conclut l'infirmière ressource en don d'organes au CIUSSS de l'Estrie-CHUS, Sara Lemieux-Doutreloux. Avec les informations de Pierrick Pichette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !