•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un an depuis la transformation de l'urgence Cloutier-du Rivage

File de personnes qui attendent devant un centre hospitalier et qui longent le trottoir pour entrer se faire dépister pour la covid.

La clinique Cloutier a été désignée comme site de dépistage de la COVID-19 dès le début de la pandémie.

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

Il y a près d’un an, l'urgence Cloutier-du Rivage laissait place à une clinique de proximité. La transformation n'avait pas fait l'unanimité, notamment auprès de certains médecins qui craignaient une perte de service pour la population. Un an plus tard, la direction de la santé est satisfaite de ce qui a été accompli, un avis que ne partagent pas des détracteurs du projet.

En 2019, Andrée Lanneville s’était battue pour empêcher la fermeture de l’urgence. L’infirmière à la retraite avait même déposé une pétition de plusieurs milliers de noms à l’Assemblée nationale. Aujourd’hui, elle affirme que ses craintes de l’époque se sont avérées.

Je regrette de ne pas avoir été plus écoutée que ça, dit-elle, tout en affirmant ne pas vouloir demeurer amère.

Selon elle, le modèle de prise de rendez-vous n’est pas adapté pour les personnes aînées et vulnérables, comme elle le craignait.

« C’est une barrière. Les gens qui sont défavorisés n’ont pas nécessairement accès aux moyens électroniques. Donc, ils attendent. C’était ça notre plus grande crainte. Ils attendent, ils dépérissent, et quand ils dépérissent trop, ils s’en vont [à l’urgence de Trois-Rivières]. »

L'instigatrice de la pétition, Andrée Lanneville est devant un lutrin qui s'adresse aux journalistes. Le député André  député libéral de Pontiac  est à sa droite.

Andrée Lanneville est infirmière à la retraite.

Photo : Radio-Canada

La direction régionale de la santé affirme pour sa part que la population du secteur Cap-de-la-Madeleine, clientèle cible de la nouvelle clinique de proximité, est mieux desservie qu’il y a un an. Le CIUSSS MCQ affirme que durant les mois qui ont précédé la pandémie, 60 % des patients vus étaient résidents du secteur, contre environ 50 % avant la transformation de l’urgence.

Par ailleurs, avant le mois de mars, la clinique enregistrait en moyenne 50 consultations quotidiennes durant les jours de semaines et 25 les samedis et les dimanches, ce qui correspondait aux objectifs du CIUSSS MCQ.

Toutefois, de l’avis d’Andrée Lanneville et d’un médecin qui a travaillé à l'ancienne urgence avec qui Radio-Canada s’est entretenu, les suivis médicaux étaient plus efficaces avant la transformation et des patients avec des problèmes de santé plus lourds pouvaient y être traités.

Chamboulements pandémiques

La mission de la clinique Cloutier a été bousculée par la pandémie. Jusqu’à jeudi, elle abritait une clinique désignée de dépistage de la COVID-19. Elle est également une clinique d’évaluation pour les patients voulant consulter un médecin, mais qui présentent des symptômes de grippe. Depuis mars, quelque 4400 usagers ont d’ailleurs consulté la clinique d’évaluation.

Une pancarte installée dans la vitre d'une clinique de santé.

Une clinique de dépistage de la COVID-19 a été installée au Centre multiservices de santé et de services sociaux Cloutier à Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

La pandémie a aussi amené la suspension des consultations sans rendez-vous. Environ une centaine de patients, qui ont été pris en charge par un médecin de famille, sont donc vus tous les mois depuis mars. La clinique ferme également ses portes deux heures plus tôt qu’à l’habitude, la semaine. Le CIUSSS MCQ affirme que c’est le résultat d’une baisse d’achalandage, puisque plusieurs patients évitent désormais les centres hospitaliers.

Avec le déménagement de la clinique de dépistage à la Bâtisse industrielle de Trois-Rivières, les choses vont graduellement revenir à la normale à la clinique Cloutier. Andrée Lanneville espère pour sa part que plus de plages de consultations sans rendez-vous seront disponibles dans le futur afin de permettre à un plus grand nombre d’usagers qui se présentent sur place d'être vus par un professionnel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !