•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Yukonnais sont les plus grands consommateurs de cannabis légal au Canada

Du cannabis dans un bocal.

Le gouvernement du Yukon a dû dépenser un million et demi de dollars en frais de démarrage pour assurer la vente de cannabis récréatif au territoire.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Deux ans parès la légalisation, le Yukon demeure en tête des achats de cannabis par habitant au Canada, une bonne nouvelle, selon le gouvernement territorial.

Depuis octobre 2018, il s’est vendu plus de neuf millions de dollars en cannabis. Le ministre responsable de la Société des alcools, John Streicker, croit que cette part du marché a été soutirée directement au marché noir.

Tant au Canada qu’au Yukon, les meilleures estimations qu’on a indiquent que la consommation a augmenté de moins de 1 % et la seule population où l’on remarque une augmentation [de la consommation] est chez les personnes âgées.

John Streicker, ministre responsable de la Société des alcools

Ainsi, si la consommation est sensiblement la même, tout indique, selon le ministre, que ces ventes sont subtilisées au marché noir, l’un des deux objectifs principaux des politiques du gouvernement du Yukon.

L’autre objectif : la protection de la santé et du bien-être des Yukonnais, particulièrement des jeunes.

Profits zéro

Si lors de la légalisation, le gouvernement exploitait le seul commerce au détail du territoire. Depuis un an, tous les détaillants appartiennent au secteur privé. Le territoire assure toutefois l'approvisionnement.

Des gens font la file devant un édifice.

Le 17 octobre 2018, l'ouverture de la première boutique de vente de cannabis au Yukon avait attiré des dizaines de clients. Un an plus tard, la boutique du gouvernement a fermé ses portes au profit du secteur privé.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Les instructions données à la Commission des alcools sont d’équilibrer les comptes. Nous ne cherchons pas à faire des profits sur la vente de cannabis, explique le ministre.

John Streicker croit ainsi réserver aux cinq détaillants privés, dont un seul appartient à une chaîne nationale, les opportunités économiques découlant du cannabis.

L’opposition en désaccord

Jeudi lors du dépôt du rapport annuel de Cannabis Yukon à l'Assemblée législative, le Parti du Yukon a critiqué le gouvernement sur sa politique d'approvisionnement.

Le député de Kluane, Wade Istchenko, a affirmé qu’en contrôlant l’achat en gros, le gouvernement fait grimper les prix au détail et réduit la sélection de produits.

[Le gouvernement] s’est donné le monopole de la distribution de cannabis au Yukon et s’est ainsi inséré directement au centre de la chaîne d’approvisionnement.

Wade Istchenko, député de Kluane

En entrevue, le ministre affirme comprendre les préoccupations de l’opposition, mais explique que le cannabis n’est pas un produit comme les autres. Le cannabis est un stupéfiant et en rédigeant la loi, nous nous sommes assurés de le gérer comme une substance que nous devons contrôler. [...] Nous devons donc contrôler la vente en gros.

Des tiroirs contenant diverses sortes de cannabis.

Les Yukonnais dépensent davantage en moyenne par habitant pour le cannabis que partout ailleurs au Canada, selon les données de Statistique Canada.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

En ce qui a trait à la sélection de produits, le ministre admet qu’elle ne se compare pas à celle de commerces du sud du pays où les marchés sont plus gros.

Le ministre promet en outre de présenter un amendement à la loi pour permettre la vente en ligne par les commerces au détail, une mesure mise de l’avant pendant la pandémie et retirée des mesures spéciales.

Le gouvernement souhaite par ailleurs faire pression auprès d’Ottawa pour modifier les règles entourant le suremballage des produits du cannabis.

Avec les informations de Chris Windeyer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !