•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La revanche des codes QR

Montage de plusieurs codes QR.

Différentes illustrations de codes QR

Photo : getty images/istockphoto / Happy_vector

Radio-Canada

La mauvaise réputation des codes QR semble avoir été effacée par la pandémie de COVID-19. Après une décennie de moqueries, la technologie connaît une nouvelle popularité depuis quelques mois, jugée comme une meilleure option sanitaire que le papier.

Si vous avez visité un restaurant ou un bar depuis le début de la pandémie, vous avez probablement utilisé votre téléphone intelligent pour balayer un code fait de petits carrés blancs et noirs afin d’avoir accès au menu.

Il n’y a pas que la restauration qui y trouve son compte. Les services de paiements mobiles Paypal et Venmo se sont aussi approprié la technologie en offrant aux entreprises une option de paiement sans contact.

Si les codes QR (l’abréviation de Quick Response, ou réponse rapide) n’ont pas toujours eu bonne presse, ils sont largement utilisés en Chine, notamment comme outil de paiement numérique. Les entreprises chinoises WeChat et AliPay l’ont d’ailleurs adopté pour cette fonction.

Trop avant-gardiste?

Nés en 1994 dans les laboratoires japonais d'une filiale de Toyota, les codes QR servaient à l’origine d’outil pour suivre plus facilement les pièces automobiles sur la chaîne de montage. Ils remplacent les codes-barres, inventés 42 ans plus tôt. En plus d’être plus nets, les carrés peuvent emmagasiner 100 fois plus d’informations que les codes-barres, limités à 80 caractères de données.

Dès que les téléphones intelligents ont pu traduire les données en liens web, les entreprises, surtout les publicitaires, se sont arraché l’outil. Or, il fallait télécharger une application pour pouvoir lire les codes QR. Rappelons qu’en 2010, l’accès aux données Internet sur les cellulaires n’était pas aussi répandu, rapide et fiable qu’en 2020. La technologie est rapidement devenue synonyme d'un marketing boiteux.

Depuis 2017, les applications de caméra des appareils Android et Apple intègrent la fonction de balayage des codes QR, ce qui en facilite grandement l’utilisation.

Avec les informations de The wired, Quartz, et The Verge

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !