•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vélos d'hiver et skis hors-piste s'envolent dans les boutiques de Québec

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Deux cyclistes pratiquent le vélo à pneus surdimensionnés l'hiver

Le reportage de Jean-Philippe Martin

Photo : Getty Images / vm

Les amateurs de plein air de la région de Québec désireux de s’équiper pour l’hiver ne devront pas tarder. L’engouement est tel pour les vélos à pneus surdimensionnés, les skis et les planches à neige hors-piste que les commerçants et fabricants peinent à répondre à la demande.

La saison s’annonce folle, lance Francis Dupuis, propriétaire des boutiques Sport Radical et Bosk Vélo Café.

Si les ventes de skis hors-piste et de planches à neige divisibles (splitboard) augmentaient déjà depuis quelques années, la situation cet automne est incomparable. Francis Dupuis a passé une commande 10 fois plus grosse que l’an dernier pour approvisionner sa boutique et il a déjà surpassé ses ventes de tout l’hiver passé.

Avec l’incertitude qui plane autour des stations pour l’ouverture, les gens se dirigent vers des skis ou des planches avec lesquelles on peut monter pour ensuite descendre, avance-t-il, estimant que plus de la moitié des clients en magasin, ces jours-ci, optent pour ce type d'équipement

Deux planches à neige sont appuyées dans la neige sur le sommet d'une montagne l'hiver.

Un modèle de planche à neige divisible permettant de monter une montagne avant de la descendre.

Photo : Romain Barachko

En manque de vélos

L’engouement est tout aussi fort pour un autre sport individuel hivernal. Après un été record pour la vente de vélo de route et de montagne, la tendance se poursuit avec les vélos à pneus surdimensionnés. Le propriétaire de Bosk Vélo Café dit avoir vendu en deux semaines autant de bicyclettes du genre que tout l’hiver dernier. Ses commandes se sont déjà envolées et il ne réussit à se réapprovisionner qu’au compte-gouttes.

Les clients ont de la misère à nous croire. Ils se demandent si ce n’est pas une tactique de vente, mais c’est vraiment un engouement juste démesuré.

Chez Mathieu Performance, le directeur adjoint Olivier Rousseau abonde dans le même sens. Tous ses vélos à pneus surdimensionnés ne sont pas encore vendus, mais les clients qui attendent les spéciaux de fin d’année pour acheter pourraient être déçus, admet-il.

Les gens se présentent ici dans l’idée de magasiner, de se faire une idée, mais certains se retrouvent à acheter plus vite que prévu.

Des fabricants débordés

Si les boutiques peinent à se réapprovisionner en ces temps de pandémie, c’est que les fabricants eux-mêmes peuvent difficilement répondre à la demande.

Dans les 33 ans d’histoire de notre compagnie, c’est du jamais vu. On a jamais vu un tel engouement pour les vélos de route, les vélos de montagne, les vélos de gravel et maintenant les vélos à pneus surdimensionnés, explique Charles Blanchet-Lévesque, représentant chez Cycles Devinci.

Un travailleur monte un vélo. En avant-plan, il y a un autre vélo de l'entreprise.

L'entreprise Cycles Devinci a été fondée à 1987.

Photo : Radio-Canada

Les vélos à pneus surdimensionnés de l'entreprise sont fabriqués à Chicoutimi et la demande a complètement surpassé les prévisions. Tout est vendu depuis septembre pour l’hiver. Les vélos sont payés d’avance même s’ils ne sont pas encore en magasin. Les clients des magasins mettent des dépôts pour des vélos qu’ils n’ont jamais vu.

Même un nouveau modèle de vélo de montagne que l’entreprise sortira en 2021 est déjà en rupture de stock. La commande de réapprovisionnement s’est écoulée en trois jours.

Est-ce possible de fabriquer plus de vélos? Le problème est le même encore plus haut dans la chaîne de production. Devinci fabrique le cadre de ses vélos, mais dépend de manufacturiers internationaux pour certaines pièces comme les dérailleurs. En ce moment, c’est 300 jours d’attente pour les pièces.

Avec les informations de Jean-Philippe Martin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !