•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La mairesse Plante écorchée dans une plainte à la CNESST

La cheffe de cabinet de Sue Montgomery accuse Valérie Plante de ne pas la protéger contre du harcèlement psychologique. La Ville réfute toutefois ces allégations.

Portrait d'Annalisa Harris près d'une intersection.

Annalisa Harris est la cheffe de cabinet de la mairesse de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, Sue Montgomery.

Photo : Radio-Canada / Benoit Chapdelaine

Radio-Canada

Autre journée, autre rebondissement dans la saga de l'arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce.

Radio-Canada a obtenu la plainte pour harcèlement psychologique déposée par Annalisa Harris, la cheffe de cabinet de la mairesse d'arrondissement Sue Montgomery, à la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité au travail (CNESST). Mme Harris y dénonce surtout le directeur de l'arrondissement, Stéphane Plante (qui n'a aucun lien de parenté avec la mairesse de Montréal), mais elle écorche au passage le contrôleur général de la Ville, Alain Bond, et Valérie Plante.

L'hiver dernier, M. Bond a produit un rapport accablant sur le climat toxique qui règne à la mairie de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce. Refusant de congédier Annalisa Harris, sa jeune cheffe de cabinet visée par le rapport, la mairesse Sue Montgomery a été exclue du caucus de Projet Montréal en janvier 2020.

Or, Mme Harris dit subir elle-même du harcèlement psychologique depuis son entrée en fonction, en juillet 2019, comme cheffe de cabinet, un poste hautement politique. L'enquête d'Alain Bond a été détournée contre moi, sans qu'il y ait de plaintes contre moi, soutient-elle.

Elle accuse ainsi la mairesse Plante de ne pas la protéger contre le harcèlement dont elle accuse le directeur de l'arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce.

Mme Harris parle d’insultes et de menaces, dans un premier temps, de la part de Stéphane Plante. Progressivement, ça s’est empiré. Maintenant, il m’isole et m’empêche de faire mon travail.

Elle soutient d'ailleurs avoir déjà dénoncé le comportement de Stéphane Plante aux ressources humaines de la Ville. Le cabinet de la mairesse Plante était bien au fait de tout ça, ajoute-t-elle.

La Ville est complètement absente, a-t-elle aussi dénoncé, affirmant ne pas être appuyée en tant qu'employée. La mairesse Plante était parfaitement au courant, et au lieu de m’aider, elle a expulsé ma mairesse et elle m’isole au travail.

Elle accuse aussi Valérie Plante de demeurer muette quant à sa situation. La mairesse Plante, dans mon cas, a dit que c'était tolérance zéro. Donc, c'était tolérance zéro quand moi, j'étais accusée de harcèlement, mais maintenant que moi je suis victime de harcèlement, on n’entend rien de la part de la mairesse Plante ni des élus de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce.

Un arrondissement complètement dysfonctionnel

Le directeur des communications du cabinet de la mairesse, Youssef Amane, a réfuté point par point les allégations formulées par Annalisa Harris, dans un courriel envoyé en soirée vendredi.

Dès que des signalements ont été soulevés dans l'arrondissement de CDN-NDG, le contrôleur général et l’équipe des relations de travail ont été immédiatement mandatés pour faire la lumière dans le cadre d’une enquête sur le climat de travail, et le processus prescrit a été suivi en bonne et due forme, a-t-il affirmé, rappelant que cette enquête avait elle-même mené à deux enquêtes complémentaires.

Ces deux rapports ont conclu à du harcèlement psychologique à l’endroit de deux employés de l’arrondissement de la part de la mise en cause, Mme Harris, a-t-il souligné.

M. Amane a ainsi expliqué que ce sont les conclusions de ces deux enquêtes qui ont mené Alain Bond à mettre en place des mesures pour prévenir toute manifestation de harcèlement psychologique, soit de faire en sorte que Mme Harris ne soit plus en contact avec des fonctionnaires de l’arrondissement.

La mairesse de Montréal tient à réitérer sa politique de tolérance zéro en ce qui a trait à toutes formes de harcèlement, et cela est valable pour l'ensemble de la Ville de Montréal.

Youssef Amane, directeur des communications du cabinet de la mairesse

Youssef Amane a enfin déploré le climat de conflit et d'affrontement qui règne à la mairie de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce. Mmes Montgomery et Harris ont mis leur intérêt personnel à l'avant-scène, plutôt que de penser au bien-être des citoyennes et citoyens de l'arrondissement, qui eux, continuent de payer le prix d'un arrondissement complètement dysfonctionnel.

De son côté, le directeur de l'arrondissement, Stéphane Plante, a préféré ne pas commenter l'affaire.

La CNESST amorcera bientôt un processus de médiation en lien avec la plainte déposée par Annalisa Harris. En cas d'échec, le tribunal administratif pourrait être saisi.

Avec les informations de Benoît Chapdelaine

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !