•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dieppe se prépare à accueillir une coupe Canada de vélo de montagne

Un beau cadeau pour le sport qui connaît une progression fulgurante dans la région.

Luc Arseneau, en entrevue.

Luc Arseneau est organisateur en chef de la coupe Canada à Dieppe. Il est aussi entraîneur de vélo de montagne, entre autres avec l'équipe Project Dialed in. Il a aussi été entraîneur au sein de l'équipe nationale.

Photo : Radio-Canada / Gilles Landry

François Le Blanc

Les passionnés de vélo de montagne ont déjà hâte à l'été prochain. Le Parc Rotary Saint-Anselme, de Dieppe, va accueillir une étape de la coupe Canada de vélo de montagne, au mois d'août 2021. Il ne reste que 10 mois avant cet événement international et déjà, on prépare les pistes et les sentiers.

Un gros plan sur une roue de vélo.

Le vélo de montagne a gagné des adeptes durant la pandémie.

Photo : Getty Images / Sportpoint

Luc Arseneau, organisateur en chef de la coupe Canada à Dieppe, et entraîneur de vélo de montagne, constate qu'il y a déjà des avantages pour les sportifs de la région.

Je pense que ça va profiter un peu à tout le monde, explique-t-il. C'est une compétition de très haut niveau qui s'en vient ici. Ça fait à peu près un an et demi qu'on en parlait.

Ce sont des athlètes internationaux des équipes de développement qui viendront à Dieppe. On verra selon les horaires, on sait qu'il y a un petit peu de conflits avec l'horaire international à cause des Jeux olympiques. Ça fait un horaire un peu plus compact, dit Luc Arseneau.

Gens sur une butte de terre en forêts, avec des pelles.

Des bénévoles de tous les âges ont travaillé très dur pour réparer les pistes du parc Rotary Saint-Anselme.

Photo : Luc Arseneau / Directeur sportif

Enthousiasme dans la communauté

Il y a trois semaines, une trentaine de bénévoles ont participé à une grande corvée pour réparer les pistes, les améliorer et même, créer des parcours spécifiquement conçus pour la Coupe Canada. Cet enthousiasme réjouit Luc Arseneau.

Habituellement, on voyait surtout des adultes qui venaient travailler, mentionne M. Arseneau.

Mais, là, il y avait des jeunes qui venaient avec le grand sourire, qui disaient : "nous, on s'en sert des sentiers." Donc, je trouve que ça leur donne un sentiment d'appartenance, parce qu'on peut leur montrer comment les construire. Puis, comme ils auront construit, donc ils ne vont pas le détruire après.

Luc Arseneau, entraîneur de vélo de montagne
Pelle mécanique devant une petite butte de terre. Des hommes tiennent des pelles.

Les bénévoles ont ajouté des pistes qui seront utilisées lors de la coupe Canada de vélo de montagne qui aura lieu à Dieppe au mois d'août.

Photo : Luc Arseneau / Directeur sportif

La venue d'un événement international aidera à promouvoir le vélo de montagne et inspirera les jeunes à se lancer en compétition, car ils pourront voir de près la relève olympique, augmentant ainsi le bassin d'athlètes potentiels. Mais, Luc Arseneau espère aussi qu'un tel événement donnera le goût à tout le monde de simplement faire du vélo.

Le vélo, c'est le nouveau golf, soutient-il. Dans les années 90, le golf est devenu une activité qu'on associait au tourisme : le sport devenait le prétexte pour visiter une région. Le vélo de montagne peut faire de même.

Progression fulgurante

Le vélo de montagne est en pleine effervescence en Atlantique. Le Nouveau-Brunswick n'y échappe pas. Les restrictions sanitaires ont gardé au vestiaire les sports par équipe. Mais, le vélo de montagne est l'une de ces activités individuelles, avec le golf, qui ont pu reprendre au printemps.

Jeunes à vélo, au départ d'une course.

Tous les mardis, cet été, des jeunes participaient à des compétitions de vélo de montagne dans les sentiers du parc Rotary Saint-Anselme.

Photo : Radio-Canada / Ian Bonnell

Il y a eu une augmentation des inscriptions au programme Sprockids de Dieppe. La vente de vélo a explosé, au point où les détaillants ne fournissaient plus à la demande.

Des cyclistes compétitifs ont même donné un coup de main, une soirée, à un magasin de sport qui commandite l'équipe. Il fallait sortir les vélos! On l'a fait pour venir en aide à notre commanditaire, raconte Luc Arseneau.

Sentier avec une butte de terre qui crée un virage.

On utilise peu les freins en compétition de vélo de montagne. Les vététistes négocient donc les virages avec astuce. On se ralentit avec une butte pour mieux accélérer dans la descente.

Photo : Luc Arseneau / Directeur sportif

À Dieppe, le parc Rotary Saint-Anselme a été fort occupé, selon lui.

Ç'a été incroyable, dans le parc, ici, l'usure des pistes. Et je dis ça dans le bon sens, parce que ce n'est pas négatif. Oui, il faut réparer certaines choses parce qu'il y'a eu beaucoup de circulation. Donc, c'est un heureux problème qu'on a.

Luc Arseneau, entraîneur de vélo de montagne

Gérer la croissance

Le plus gros défi sera de gérer cet afflux de nouveaux adeptes. La création de clubs, compétitifs et récréotouristiques, sera un atout.

Les cyclistes entrent à la ligne d'arrivée du parcours de vélo de montagne.

L'intégration du vélo de montage aux Jeux de l'Acadie a initié des jeunes à ce sport partout en Atlantique, en plus de faire développer des sites. Ici, en 2018, on a découvert les pistes de Miramichi, qui sont méconnues.

Photo : Radio-Canada / Monique Bourque

L'entraîneur voit le potentiel dans les pistes qu'on peut parcourir comme à Dieppe, Beaumont, Fundy, Edmundston, Bathurst et la véloroute de la Péninsule acadienne. On pourrait ajouter Brookvale, à l'Île-du-Prince-Édouard.

La Véloroute de la Péninsule acadienne

La Véloroute de la Péninsule acadienne présente de beaux paysages

Photo : Véloroute de la Péninsule acadienne

C'est à la portée de tous. Les circuits de vélo de montagne étaient plus pour l'élite ou des trucs comme ça, pour les cyclistes expérimentés. Mais, maintenant, ils sont faits que tout le monde peut les roules, il y a beaucoup moins de racines qu'avant.

L'élite profite du beau temps

Luc Arseneau, qui est aussi propriétaire de l'équipe Project Dialed In, profite des conditions favorables pour développer son groupe de jeunes. Il y a eu peu de compétitions. Donc, il s'est consacré à la perfection des techniques : le vélo n'est pas qu'un sport de vitesse, il faut savoir négocier les sauts et les virages.

Trois cyclistes côte-à-côte sur le vélo de montagne.

Trois membres de l'équipe Project Dialed In, lors d'un reportage en 2018.

Photo : Radio-Canada / François Le Blanc

Ces jeunes-là veulent devenir les meilleurs. Je pense qu'on a beaucoup de bons cyclistes en Atlantique. Moi, je vois qu'il manque une étape. Et puis, c'est un peu ça mon objectif.

Luc Arseneau, entraîneur de vélo de montagne

Si la pandémie continue de restreindre les déplacements à l'étranger, le club ne pourra tenir de voyages dans le Sud pour des séances de perfectionnement. D'où l'importance de profiter du temps clément à la maison.

Quand une armée de bénévoles se lance dans la construction et la réfection de pistes et de sentiers, la prudence est de mise.

C'est toujours ça le but: la nature, l'environnement. On ne veut pas détruire les arbres autour du parc. Tous les billots qu'on utilise, c'est les arbres qui sont tombés durant l'hiver, qu'on recoupe et qu'on recycle.

Luc Arseneau donne l'exemple du drainage pour éviter l'accumulation d'eau dans les sentiers tout en évitant de nuire aux racines des arbres.

Avant ça, on faisait un sentier de vélo de montagne et c'était let's go. Maintenant, le respect s'impose.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !