•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un procès pour le complot d'enlèvement contre la gouverneure du Michigan

Adam Fox.

Adam Fox, l'un des coaccusés du complot. Il a été arrêté le 7 octobre.

Photo : Reuters / Bureau du Sheriff de Kent County

Radio-Canada

Les procureurs ont fourni assez de preuves pour que le procès des cinq hommes accusés d'avoir comploté pour enlever la gouverneure démocrate Gretchen Whitmer se tienne. Ils risquent la prison à vie.

À l’issue d’une audience préliminaire de deux jours, où les agents du FBI qui ont mené l’enquête ont témoigné, la juge Sally Berens a tranché : cinq hommes devront être présentés devant un grand jury, qui déterminera s’il y a lieu de déposer des actes d’accusation, avant qu’ils ne soient jugés.

Le sixième coaccusé attend une audience et est transféré du Delaware au Michigan après son arrestation le 8 octobre, selon les documents du tribunal.

Les coaccusés sont : Brandon Caserta, Daniel Harris, Kaleb Franks, Adam Fox, Barry Croft et Ty Garbin.

Projet d'enlèvement de Ralph Northam

L’agent du FBI Richard Trask a affirmé que ces membres de groupes paramilitaires de plusieurs États ont aussi discuté de tirer dans la tête de Gretchen Whitmer, ainsi que d’enlever le gouverneur de Virginie, Ralph Northam, lors d’une réunion qui s’est tenue en juin dans l’Ohio.

La gouverneure démocrate du Michigan Gretchen Whitmer.

La gouverneure démocrate du Michigan Gretchen Whitmer.

Photo : Associated Press

Plusieurs de leurs avocats ont laissé entendre, lors de l’interrogatoire, que leurs clients étaient de « grandes gueules » qui n’avaient pas eu l’intention de passer à l’action.

Ils ont également demandé si le gouvernement avait prouvé que les hommes avaient bel et bien conclu un accord et que chacun comptait participer à l’enlèvement. « C’est du vent », a déclaré Scott Graham, l'un des avocats des suspects.

L’assistant du procureur a cependant fait valoir que le groupe de suspects avait pris à plusieurs reprises des mesures pour crypter ses communications, et que des individus avaient participé à la surveillance de la résidence de Gretchen Whitmer, au beau milieu de la nuit.

Huit autres suspects, tous décrits par les procureurs comme membres ou associés d’un groupe antigouvernemental – le groupe de miliciens appelé « les Gardiens des carcajous » – sont accusés par l’État du Michigan d’avoir participé au complot.

Avec les informations de Reuters, et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !