•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux autres individus accusés d'avoir menacé Legault et Arruda

Horacio Arruda regarde François Legault qui parle lors d'une conférence de presse.

Le Dr Horacio Arruda et le premier ministre François Legault.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Deux autres individus sont accusés d'avoir menacé le premier ministre François Legault et le Dr Horacio Arruda.

Les corps policiers n'en finissent plus de répondre à des plaintes concernant des internautes qui tiennent des propos menaçants à l'égard du gouvernement.

Après les comparutions de deux individus au palais de justice de Québec, deux autres hommes de la région doivent répondre à des accusations concernant des publications sur Facebook.

Dany Bouchard de Thetford Mines a comparu au palais de justice de l'endroit, lundi, pour répondre à des accusations de menaces de mort ou de lésions à l'endroit de François Legault et d'Horacio Arruda.

Il aurait écrit ses commentaires menaçants les 8 et 10 octobre.

L'homme de 39 ans a été libéré sous conditions.

Incitation à la haine

Un autre individu doit comparaître mercredi, au palais de justice de Québec pour faire face à une accusation d'incitation à la haine.

Martin Tremblay qui habite dans l'arrondissement Charlesbourg aurait indiqué qu'il espérait qu'un autre Denis Lortie se présente à l'Assemblée nationale.

Le résident de l'arrondissement Charlesbourg, âgé de 48 ans, devra aussi répondre d'une accusation de harcèlement criminel à l'endroit du premier ministre Legault.

Un porte-parole de la Sûreté du Québec, Hugo Fournier, rappelle que proférer des menaces, peu importe l'intention, représente un acte criminel.

Que ce soit dit dans la rue, ou écrit sur internet, nous on va intervenir, prévient le policier.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.