•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

VIH : une thérapie par injection franchit une nouvelle étape

Représentation artistique du VIH.

Représentation artistique du VIH.

Photo : iStock

Agence France-Presse

L’Agence européenne des médicaments (EMA) a donné vendredi son feu vert à une thérapie par injection contre le VIH, une première qui pourrait changer la vie de millions de personnes atteintes du sida ou séropositives.

Le cocktail de deux antirétroviraux (ARV) peut être injecté mensuellement ou tous les deux mois, remplaçant une prise quotidienne de cachets pour contenir l’infection au VIH, a indiqué l’Agence dans un communiqué, soulignant que ces deux ARV étaient les premiers à avoir une action de longue durée sous forme d’injection.

Cela signifie qu’au lieu de pilules quotidiennes, les patients reçoivent des injections intramusculaires tous les mois ou tous les deux mois, précise le communiqué.

La recommandation d’autorisation de commercialisation de cette thérapie doit maintenant être approuvée par la Commission européenne avant sa mise sur le marché dans les 27 États membres de l’Union.

Cette nouvelle thérapie pourrait changer la vie des personnes infectées par le VIH, notamment celles qui oublient de prendre leur traitement quotidien, ce qui favorise le risque d’un développement du virus.

Le nouvel ARV, un cocktail de rilpivirine et de cabotegravir – commercialisés sous les noms de Rekambys et de Vocabria – permet de bloquer la capacité du virus à se répliquer, selon l’Agence.

Quelque 38 millions de personnes vivaient avec le VIH dans le monde en 2019, dont 2,3 millions en Europe, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Il n’y a aucun traitement pour la maladie, même si les ARV peuvent contrôler le virus et à aider à prévenir sa transmission.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !