•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La motoneige a la cote cette année, mais il faudra s’en procurer une rapidement

Deux motoneiges sont dans la vitrine d'un magasin de sport.

Il pourrait y avoir une forte demande de motoneiges dans le Nord de l'Ontario pour la saison 2020.

Photo : Radio-Canada / Ezra Belotte-Cousineau

Radio-Canada

La saison de motoneige 2020-2021 pourrait être exceptionnelle, alors que les détaillants remarquent une hausse de la demande pour ces véhicules. Les consommateurs devront toutefois s’armer de patience car la production a été ralentie par la pandémie.

À Verner, dans Nord de l’Ontario, Robin Brouillette, le gérant de RL Equipment a déjà effectué plusieurs ventes de motoneiges en vue de la saison 2020-2021 qui arrive à grands pas.

Il y a bien des gens qui vont être à la recherche de ce genre de produit et qui ne seront pas capables d’en trouver cette année.

Les concessionnaires de véhicules tout-terrain avaient été surpris au début de la saison estivale par l’ampleur de la demande pour ces types de véhicules.

Les ventes de vélos avaient aussi fortement augmenté cet été.

L’équipe de Robin Brouillette s’est préparé du mieux qu’elle le pouvait pour la saison de la motoneige.

La production a été impactée tôt dans la saison. Ce n’est pas juste d’assembler les machines, c’est aussi la disponibilité de toutes les pièces qui viennent d’un peu partout dans le monde, pour avoir un produit final.

Robin Brouillette, gérant de RL Equipment à Verner

Les consommateurs devront faire preuve de patience. Le consommateur doit s’habituer à une nouvelle façon de magasiner, explique M. Brouillette.

On est habitué à rentrer le mardi, à faire notre choix, d’en prendre possession le vendredi et d’aller dehors la fin de semaine. Là ce n’est plus le cas. On vend des machines qui vont être livrées dans deux ou trois mois.

Robin Brouillette, gérant de RL Equipment à Verner

M. Brouillette constate qu’une nouvelle clientèle se présente à ses portes, soit les Snowbirds qui n’iront pas passer l’hiver dans le sud comme à leurs habitudes.

On commence à le voir. Je pense que ça va être de plus en plus évident à mesure que l’hiver arrive. On a même vu l’impact sur la vente de souffleuses ou de produits pour déblayer.

Ces gens-là vont être à la maison et il faut qu’ils cherchent des solutions pour [enlever la neige], explique-t-il.

La situation est par ailleurs semblable chez d’autres détaillants contactés par Radio-Canada, notamment à Hearst et Kapuskasing.

Les consommateurs pourraient devoir se rabattre sur le marché des motoneiges usagées, mais cela peut représenter un risque pour ceux qui s’y connaissent moins en mécanique, estime M. Brouillette.

Préparation de la prochaine saison

La Fédération des clubs de motoneige de l’Ontario a commencé la vente des permis pour la prochaine saison.

Les motoneigistes ont jusqu’au 1er novembre pour profiter d’un prix réduit.

En mars dernier, la saison de motoneige s’était terminée abruptement le 21 mars, lorsque la Fédération avait décidé d’arrêter d’entretenir les sentiers.

Un sentier de motoneige près de Hearst, dans le Nord de l'Ontario.

Les clubs de motoneige sont responsables de la signalisation dans les sentiers de motoneige.

Photo : Radio-Canada / Francis Bouchard

Elle affirmait à l’époque vouloir limiter la propagation de la COVID-19 par les amateurs de motoneige du Sud de l’Ontario qui se seraient déplacés dans le Nord.

La saison dernière avait d'ailleurs pu commencer hâtivement dans plusieurs secteurs du Nord de l'Ontario.

La Fédération n’a pas répondu à une demande d’entrevue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !