•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : des symptômes persisteraient des mois après la sortie de l’hôpital

Une infirmière portant un équipement protecteur.

Trois mois après leur sortie de l'hôpital, une majorité de répondants d'une étude de l’Université de la Colombie-Britannique dit toujours souffrir de symptômes liés à la COVID-19.

Photo : Régie de santé Vancouver Coastal

Radio-Canada

Une étude préliminaire de l’Université de la Colombie-Britannique souligne que plus des trois quarts des personnes interrogées ayant été hospitalisé en raison de la COVID-19 ont toujours de symptômes. Les chercheurs notent des problèmes respiratoires et de la difficulté à dormir des mois après la sortie de l’hôpital.

D’après l’étude, 76 % des 78 répondants ont affirmé avoir au moins un symptôme de la COVID-19 trois mois plus tard, alors que plus de la moitié d’entre eux doivent composer avec une multitude d’effets persistants.

Nous voulions nous assurer de regarder au-delà des problèmes liés aux poumons, explique l’un des auteurs de l’étude et responsable du département de médecine respiratoire à l’Université de la Colombie-Britannique, Christopher Carlsten.

Malheureusement, ce que nous avons trouvé, c’est que les symptômes vont bien au-delà.

Christopher Carlsten, coauteur de l'étude

Parmi ces symptômes, les deux qui sont le plus souvent mentionnés sont une difficulté à respirer ainsi qu’une diminution générale de la qualité de vie du patient, notamment une réduction de la mobilité, de l'habileté à accomplir les activités quotidiennes et des effets sur la santé mentale.

Près de la moitié des personnes éprouvent de la difficulté à dormir et un peu plus de 40 % d'entre elles se sentent encore fragiles, trois mois après leur sortie de l’hôpital. Un peu moins de 25 % d'entre elles mentionnent également une toux persistante.

Tous ces symptômes subsistent plusieurs mois après la sortie de l'hôpital des personnes observées.

Les résultats de l’étude rappellent ceux d’autres recherches qui démontrent également plusieurs effets chroniques sur la santé des personnes, longtemps après le diagnostic de COVID-19.

Je pense que les gens sont surpris de voir à quel point les symptômes peuvent durer longtemps, dit une coautrice de l’étude, Alyson Wong.

Si quelqu’un avait la grippe saisonnière, nous nous attendrions à ce qu’il guérisse en moyenne dans les trois mois, mais ce n’est pas ce que nous observons avec la COVID-19.

Alyson Wong, coautrice de l'étude

En plus des symptômes signalés, les chercheurs ont observé des anomalies pulmonaires chez 88 % des participants. Or, l’étude se penche spécifiquement sur le cas de personnes ayant été hospitalisées, mais près de 60 % d’entre elles ne présentaient aucun problème de santé avant d’être malades.

Des 78 patients ayant participé à l’étude de l’Université de la Colombie-Britannique, 64 % étaient des hommes, et l’âge moyen des participants était de 62 ans. Un peu moins du tiers d’entre eux étaient ou ont été des fumeurs. Tous viennent de la région de Vancouver et ont été recommandés par la clinique respiratoire post-COVID-19.

Les chercheurs prévoient de poursuivre leurs observations auprès des participants durant deux ans de plus.

Alyson Wong espère que cette étude permettra notamment aux personnes qui ont toujours des symptômes liés à la COVID-19 de prendre conscience qu’elles ne sont pas les seules à vivre cette situation.

Avec des informations de l'émission On the Coast

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !