•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des restaurateurs craignent les nouvelles restrictions que pourrait imposer le Manitoba

Deux serveurs portant des masques déposent des assiettes sur une table où sont attablés des clients.

La province a souligné qu’il est peu probable que Winnipeg passe au code rouge mais réitère que les restrictions qu’impose le code orange seront resserrées.

Photo : AFP / Saul Loeb / AFP via Getty Images

Radio-Canada

Des restaurateurs winnipégois se disent inquiets après que le médecin hygiéniste en chef du Manitoba, Brent Roussin, a indiqué jeudi que la santé publique envisage de mettre en place de nouvelles mesures plus strictes pour limiter les risques de contamination de la COVID-19.

Le Dr Roussin a déploré un relâchement des mesures sanitaires de base dans la population compte tenu de l’augmentation de nouveaux cas. Nous devons agir pour être en mesure de faire baisser ces chiffres qui augmentent constamment, a-t-il déclaré lors de son point de presse sur la mise à jour de l’évolution de la pandémie.

Le Manitoba a enregistré 173 nouveaux cas de COVID-19 jeudi, un record pour une troisième journée consécutive.

Le taux de positivité des tests a atteint 4,9 % pour la province et 5,8 % pour Winnipeg.

Le médecin hygiéniste en chef a souligné qu’il est peu probable que la ville de Winnipeg, qui est en code orange depuis le 27 septembre, passe au code rouge. Cependant, il a réitéré que les restrictions qu’impose le code orange seront certainement resserrées.

Le Dr Roussin s'adresse aux médias, assis à une table devant un micro.

Le médecin hygiéniste en chef du Manitoba, le Dr Brent Roussin

Photo : Radio-Canada

Le nombre de personnes dans les établissements alimentaires publics tels que les restaurants et les cafétérias pourrait être réduit, selon le site Web de la province.

L’entrée en vigueur du code orange avait rendu le port du masque obligatoire dans tous les espaces publics intérieurs. Elle avait limité la taille des rassemblements à 10 personnes et imposé une heure limite de service pour les bars et les restaurants.

Se préparer à perdre des ventes

La propriétaire de Foodtrip Kitchen, un restaurant philippin situé sur la rue St James à Winnipeg, Lourdes Federis, indique qu’un resserrement des mesures se traduira par une baisse de revenus pour les restaurateurs qui font déjà face aux défis économiques.

Le restaurant, qui a ouvert ses portes en mai, a été construit à l’origine pour accueillir 200 personnes. Mais avec la pandémie, il fonctionne à 30 % de sa capacité afin de respecter de la distanciation physique.

Lourdes Federis n’est pas surprise de l’annonce de nouvelles restrictions. Elle explique que depuis que Winnipeg est passé au code orange, elle se prépare à offrir uniquement des plats à emporter et un service de livraison.

Elle note cependant que sa plus grande inquiétude sera de payer le loyer. Mme Federis souhaite que la province mette également en place des programmes d’aide si des restrictions plus strictes sont imposées.

C’est dur pour l’entreprise, lance-t-elle.

Où est le soutien? Comment vont-ils nous aider? [Ces questions] sont source d’angoisse, dit Lourdes Federis. Elle souligne que le risque de fermeture définitive de son restaurant n’est pas à exclure.

Inquiétudes pour le personnel

Le propriétaire du Feast Cafe Bistro, un restaurant qui sert des plats autochtones sur l’avenue Ellice, Christa Guenther, indique que sa plus grande inquiétude est de devoir mettre à pied le personnel.

Mme Guenther explique qu’elle a récemment réembauché cinq employés à temps plein et cinq autres à temps partiel pour son restaurant, qui compte sept tables et peut accueillir 22 personnes.

C’est vraiment difficile de leur faire subir ça.. Beaucoup d’entre eux ont des enfants et des familles et je pense qu’être au travail leur donne un but, dit Christa Guenther.

Christa Guenther devant un bar dans un restaurant.

Christa Guenther est la propriétaire du restaurant de cuisine autochtone Feast Cafe Bistro à Winnipeg.

Photo : Radio-Canada / Megan Goddard

Elle espère que la province ne fermera pas de nouveau les restaurants, car une telle mesure serait dévastatrice pour l’industrie.

Christa Guenther indique toutefois qu’avec cette prochaine vague de restrictions, elle envisage de lancer un programme de paniers de repas, où les gens peuvent commander des ingrédients et les préparer à la maison. Ceci l’obligerait par contre à réorganiser à nouveau son entreprise.

[C’est] mentalement, émotionnellement et physiquement épuisant; [ … ] c’est juste risqué. On ne sait pas si ça va réussir ou non, déplore Christa Guenther.

Elle espère que la province tiendra compte de la bonne foi dont font preuve les restaurateurs avant d'imposer de nouvelles mesures.

Avec des informations de Peggy Lam

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !