•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Articles bloqués : Twitter change de politique face à la colère républicaine

Le logo du réseau social twitter est placé derrière un drapeau des États-Unis.

Le réseau avait bloqué cette semaine le partage d'articles du «New York Post» accusant le fils de Biden de corruption.

Photo : Reuters / Lucas Jackson

Agence France-Presse

Twitter a modifié sa politique en matière de contenu piraté après que sa décision de bloquer des articles critiquant le candidat démocrate à la présidentielle Joe Biden a provoqué la fureur du Parti républicain.

Le géant des réseaux sociaux a annoncé tard jeudi soir qu'il ne bloquerait à l'avenir que les informations volées qui sont directement publiées par des pirates informatiques, et qu'il étiquetterait désormais toute autre information de provenance douteuse.

Les sénateurs et sénatrices du Parti républicain avaient annoncé avant cette décision qu'ils comptaient convoquer le patron de Twitter Jack Dorsey le 23 octobre pour qu'il s'explique sur le blocage des articles défavorables à M. Biden.

La commission judiciaire du Sénat, où le Parti républicain est majoritaire, votera mardi pour assigner Jack Dorsey à comparaître devant elle le vendredi suivant, a déclaré le sénateur Ted Cruz dans les couloirs du Congrès.

Il doit expliquer pourquoi Twitter abuse de son pouvoir pour réduire la presse au silence et couvrir des allégations de corruption, a ajouté l'élu, accompagné du chef de la commission judiciaire Lindsey Graham devant les caméras des chaînes Fox News et C-Span.

Facebook et Twitter ont bloqué mercredi le partage d'articles du journal conservateur New York Post relançant, sur la base de courriels censés avoir été écrits par le fils de Joe Biden, Hunter, des accusations de corruption en Ukraine.

Je ne sais pas si les histoires du New York Post sont vraies, a ajouté Ted Cruz. Mais Twitter, Facebook et les millionnaires de la technologie s'ingèrent dans les élections, a-t-il tonné, en dénonçant un acte de censure sans précédent à moins de trois semaines du scrutin.

La responsable juridique et politique de Twitter, Vijaya Gadde, a tweeté tard jeudi soir qu'en vertu des modifications apportées à sa politique sur les contenus piratés, la plateforme ne supprimerait plus les contenus piratés à moins qu'ils ne soient directement partagés par les pirates ou ceux qui agissent de concert avec eux.

Elle a ajouté que le géant des médias sociaux allait également étiqueter les tweets pour fournir un contexte au lieu de bloquer les liens pour qu'ils soient partagés sur Twitter, soulignant vouloirainsi répondre aux préoccupations qu'il pourrait y avoir de nombreuses conséquences involontaires pour les journalistes, les lanceurs d'alerte et d'autres personnes d'une manière qui est contraire à l'objectif de Twitter de servir la conversation publique.

La veille, Jack Dorsey avait reconnu un défaut d'explication. Notre communication sur nos actions concernant l'article du New York Post n'a pas été super. Et bloquer le partage de l'adresse Internet de l'article avec zéro contexte expliquant pourquoi : inacceptable.

Le sénateur républicain Josh Hawley a de son côté invité le patron de Twitter mais aussi celui de Facebook, Mark Zuckerberg, à témoigner à une date non déterminée devant une sous-commission du Sénat, selon des courriers adressés aux deux dirigeants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !