•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de matchs du Rouge et Or avant 2021

Les joueuses du Rouge et Or lors de la finale provinciale contre les Citadins de l'UQAM.

Les joueuses du Rouge et Or lors de la finale provinciale contre les Citadins de l'UQAM.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Belanger

Les différentes équipes du Rouge et Or ne seront pas en action avant 2021 et aucun championnat canadien ne sera en jeu. Une annonce décevante, mais pas surprenante, pour les étudiants-athlètes qui doivent maintenant se croiser les doigts pour des matchs à compter de janvier.

Le choc est moins grand qu’à l’automne. Tout le monde s’y attendait. On voyait que la situation n’allait pas en s’améliorant dans les dernières semaines, a pointé le responsable du programme Rouge et Or, Jean-Noël Corriveau, après les annonces de U Sports et du Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ), jeudi après-midi.

Le son de cloche était sensiblement le même chez l’entraîneur de l’équipe féminine de basketball, Guillaume Giroux. Sa troupe visait une 5e participation consécutive aux championnats canadiens, cet hiver, mais avait déjà commencé à faire son deuil de l’événement.

La suspension des toutes les activités sportives universitaires jusqu’au 15 janvier est toutefois difficile à avaler. Le RSEQ reporte et reporte, mais c’est sûr qu’éventuellement, on a peur de la décision. On pense qu’on serait capable de faire peut-être une demi-saison, avance-t-il.

Une saison écourtée?

Jean-Noël Corriveau se montre encore plus prudent. On est rendu à dire que ce qu’on souhaite c’est qu’ils puissent s’entraîner. À l’hiver, on ne peut pas garantir qu’il va y avoir des matchs de ligue. On peut peut-être espérer des matchs hors-concours, ce serait déjà beaucoup.

Un joueur attaque le ballon au filet face à deux joueurs du Rouge et Or au bloc.

Les équipes de volleyball sont aussi touchées par les annonces d'U Sports et du RSEQ.

Photo : Rouge et Or de l'Université Laval / Yan Doublet

Pour le président-directeur général du RSEQ, Gustave Roel, il est toutefois trop tôt pour se prononcer sur la question. Présentement, au Québec, il n’est pas possible de faire du basketball 5 contre 5. La latitude qu’on se donne aujourd’hui jusqu’au 15 janvier permet de ne pas mettre de stress additionnel sur les étudiants. Par contre, la saison n'est pas annulée.

Comme un circuit universitaire exige inévitablement des déplacements interrégionaux, tout dépendra de l’évolution de la pandémie, poursuit-il. Il n’exclut pas, si la situation s’améliore, une ligue modifiée étendue dans une période un peu plus longue.

Vers une fin de carrière abrupte

Ce scénario semble le plus optimiste, dans les circonstances, et permettrait de garder les joueuses motivées, qui s’entraînent sans jouer de match depuis un long moment, estime Guillaume Giroux. Surtout, cela éviterait une fin de carrière abrupte aux cinq finissantes de son équipe.

L’entraîneur a d’ailleurs déjà prévu des rencontres pour discuter avec ces dernières de la possibilité de prolonger leur séjour universitaire. S’il reconnaît que la situation actuelle est très décourageante pour son équipe, il tient toutefois à relativiser les choses.

C’est difficile de s'apitoyer sur notre sort dans le contexte. Il y a des gens qui ont des problèmes pas mal plus graves que ça.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !