•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

22 commerces fermés dans un Vieux-Québec ébranlé par la pandémie

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Un loval à louer dans le Vieux-Québec.

Le reportage de Louise Boisvert

Photo : Radio-Canada

Tourisme à zéro, rues pratiquement désertes, zone rouge et fermeture des restaurants. La deuxième vague de COVID-19 frappe le Vieux-Québec de plein fouet. La Société de développement commercial (SDC) a compté pas moins de 22 commerces qui ont jeté la serviette.

Il va y en avoir d’autres, prédit le président Jacques-André Pérusse. Je ne veux pas avoir l'air de l'oiseau de malheur, mais on peut facilement s'imaginer qu'il y a une dizaine d'autres commerces qui vont fermer.

Pour survivre, plusieurs boutiques ont limité leurs heures d’ouverture, question d’économiser ce qu’elles peuvent sur les salaires. On a réduit aussi le personnel. On essaie de rester ouvert pour essayer de survivre un peu, laisse tomber Amadeo Fernandez, de la boutique Les 3 tours. Il vend uniquement des produits conçus et fabriqués au Québec qui devront désormais, en temps de pandémie, être achetés aussi par des Québécois.

Amadeo Fernandez, propriétaire de la boutique Les 3 tours

Amadeo Fernandez, propriétaire de la boutique Les 3 tours

Photo : Radio-Canada

Je ne veux pas être pessimiste, mais il faut être réaliste. On croit que le pire est à venir.

Amadeo Fernandez, propriétaire de la boutique Les 3 tours

André Leclerc, propriétaire de Chaussures Moi, mes souliers, a lui aussi décidé de réduire ses activités. À contrecoeur, sa boutique sera fermée trois jours par semaine. Nous l’avons rencontré un jeudi en début d’après-midi et il n’avait fait encore aucune vente de la journée. Il n'y a pratiquement personne dans la rue, les restaurants fermés ça nous affecte énormément. Les hôtels, il n'y a personne dans les hôtels.

Quel avenir après le 28 octobre?

Et il n’y a aucune garantie que la situation ira en s’améliorant, même si le gouvernement Legault venait à mettre un terme à l’alerte rouge le 28 octobre. Le président de la SDC souligne que le mois de novembre n’est jamais très bon pour les affaires dans le Vieux-Québec. Déjà, le son de cloche que j'ai de plusieurs de mes membres, c'est qu'il ne rouvriront pas [le 28] octobre. Déjà, novembre, c'est le pire mois de toute façon.

Le directeur de deux pubs de la rue Saint-Jean, le Saint-Alexandre et le Murphy’s, Jean-François Barré, fait partie de ceux qui sont indécis quant à l’automne. Je ne sais pas si je vais ouvrir. C'est pas gagné d'avance, parce qu'on n'est pas certain si l'achalandage va être là.

Dans son cas, les maigres surplus engendrés cet été ont déjà presque disparu avec les factures qui continuent à entrer alors qu’il a été obligé de fermer.

Jean-François Barré, directeur des pubs Saint-Alexandre et Murphy's

Jean-François Barré, directeur des pubs Saint-Alexandre et Murphy's

Photo : Radio-Canada

On a à coeur le Vieux-Québec, on ne veut pas partir, que ça ferme. On reste positif pour le futur, mais les temps sont durs.

Jean-François Barré, Directeur des pubs Saint-Alexandre et Murphy's

Pour aider ses commerçants, la SDC prépare une campagne de promotion qui invitera les Québécois à se réapproprier le Vieux-Québec, ses restaurants, ses commerces et son histoire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !