•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Éclosion à Parkview Place : les employés « effrayés », dénonce leur syndicat

La devanture du foyer de soins Parkview Place au centre-ville de Winnipeg.

L’entreprise gestionnaire de l’établissement, Revera, a reconnu mercredi que 67 résidents et 22 membres du personnel ont été déclarés infectés par la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Jeff Stapleton

Radio-Canada

Le syndicat représentant le personnel du foyer de soins Parkview Place a déposé un grief concernant ce qu'il décrit comme étant des conditions de travail dangereuses, alors que l’établissement fait face à la pire éclosion de COVID-19 dans un foyer de soins du Manitoba.

Des dizaines d'employés et de résidents de cet établissement ont été infectés par la COVID-19. Mercredi, l’entreprise gestionnaire Revera a indiqué que 67 résidents et 22 membres du personnel ont obtenu des tests positifs après un test de dépistage de la COVID-19. Neuf résidents sont morts.

Nous sommes au-delà de l’urgence, et le personnel est complètement dépassé et effrayé. Les employés sont inquiets pour eux-mêmes, leurs familles et les résidents dont ils s'occupent, a déclaré Shannon McAteer, coordonnatrice des soins de santé du syndicat.

Il est évident que des employés contractent le virus au travail et nous avons besoin de toutes les mesures de sécurité en place en tout temps, a ajouté Shannon McAteer.

Masques N95 et prime salariale

Les représentants syndicaux ont rencontré la direction du foyer de soins personnels mercredi pour exiger que tout le personnel qui travaille auprès des résidents ayant la COVID-19 reçoive des masques N95. Auparavant, ils n'étaient fournis qu'à la suite d'une évaluation des risques par une infirmière.

Après que le syndicat eut déposé son grief, la direction a accepté de commencer à fournir ce type de masques aux employés.

Par ailleurs, Parkview Place a aussi offert une prime de 2 $ par heure au personnel. Cette prime, rétroactive au 15 septembre, sera en place jusqu’à ce que l’éclosion en cours soit terminée.

La prime ne dédouane pas l’employeur de sa responsabilité de fournir un environnement de travail sûr, a rappelé le syndicat.

De plus, l'épidémie entraîne l'épuisement des membres du personnel, qui sont parfois incapables de prendre des pauses en raison d'une pénurie d'employés, car un nombre croissant de travailleurs ont été forcés de s'auto-isoler en raison de l'exposition à la COVID-19, selon le syndicat. Ce dernier demande également à Parkview Place d'embaucher plus de personnel pour des remplacements.

Les masques N95 ne sont pas requis, dit Brent Roussin

Lors d’une conférence de presse jeudi, le médecin hygiéniste en chef du Manitoba, Brent Roussin, a déclaré que le personnel devrait avoir de l’équipement de protection individuelle nécessaire, mais que les masques N95 ne sont pas requis sauf en cas de procédures médicales générant des aérosols.

Il a aussi été incapable d'expliquer pourquoi l’éclosion au sein de Parkview Place a atteint une telle ampleur, qu’il juge préoccupante.

Nous savions dans la première vague que nous devions faire tout ce que nous pouvions pour garder le virus hors de ces établissements, car une fois entré, nous pourrions voir une transmission facile et des conséquences graves parmi les personnes âgées.

À noter que la province a récemment assoupli les règlements empêchant le personnel des foyers de soins personnels de travailler dans plusieurs établissements, afin de permettre aux employés d’autres centres de soins de longue durée d’aider à Parkview Place. Par contre, les travailleurs qui quittent Parkview Place pour travailler dans une autre installation doivent toujours s'auto-isoler pendant 14 jours avant de retourner au travail.

Afin d'arrêter la propagation du virus, l'accent doit être mis sur le repérage et l'isolement des cas, l'utilisation universelle des équipements de protection individuelle et l'importance 'éviter que des membres du personnel aillent au travail lorsqu’ils sont malades, a rappelé Brent Roussin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !