•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

CDN-NDG : Sue Montgomery veut empêcher les autres élus d'agir dans son dos

Sue Montgomery devant une carte de la région de Montréal.

Sue Montgomery est mairesse de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, l'arrondissement le plus populeux de Montréal.

Photo : Radio-Canada / Claire Loewen

La crise politique qui perdure dans l'arrondissement montréalais de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce risque encore une fois de se transporter devant les tribunaux.

Sa mairesse, Sue Montgomery, menace de se tourner à nouveau vers la Cour supérieure du Québec afin d'obtenir une injonction.

Cette fois, il s'agirait d'empêcher les autres élus de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, avec qui elle est à couteaux tirés, de communiquer sans l'en informer avec le directeur de l'arrondissement, Stéphane Plante.

Sue Montgomery a été exclue du caucus de Projet Montréal en janvier 2020 en raison d'un rapport accablant du contrôleur général au sujet du climat toxique qui règne à la mairie de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce. Cette affaire implique, entre autres protagonistes, M. Plante et la cheffe de cabinet de la mairesse, Annalisa Harris.

Or, ce conflit entre l'entourage immédiat de Sue Montgomery et les employés de l'arrondissement a pris des proportions insoupçonnées au cours de la dernière année, allant même jusqu'à se transporter en Cour supérieure et devant la Commission municipale du Québec, dont les travaux sont ralentis par la pandémie de COVID-19.

Un sentiment de déjà-vu

Jeudi après-midi, le conseil d'arrondissement s'est réuni en assemblée extraordinaire afin d'adopter une motion (Nouvelle fenêtre) permettant aux élus de communiquer directement avec Stéphane Plante sans passer par le cabinet de la mairesse. Elle a été adoptée sans que Sue Montgomery puisse y faire quoi que ce soit.

La motion avait été adoptée une première fois le 5 octobre dernier, mais la mairesse y avait opposé son veto – un privilège qui ne peut être utilisé qu'une fois. C'est la raison pour laquelle Sue Montgomery souhaite maintenant se tourner vers les tribunaux.

Sa demande d'injonction pourrait être déposée aussi tôt que vendredi, a-t-elle fait savoir à l'issue de l'assemblée extraordinaire de jeudi. La mairesse invoque la Loi sur les cités et villes pour justifier sa démarche.

Tout le monde doit être en cc [copie conforme] ou au moins, je dois, comme mairesse, avoir la même information. Sinon, ça se peut que les élus aillent derrière mon dos et passent des ententes avec le directeur. Je ne veux pas ça. Je veux la transparence.

Sue Montgomery, mairesse de l'arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce

La tension était palpable entre la mairesse et les autres élus, jeudi, même par écrans interposés, l'assemblée extraordinaire du conseil d'arrondissement s'étant déroulée de manière virtuelle, pandémie oblige.

Un tel spectacle aurait pu être évité, a fait savoir le conseiller de Darlington, Lionel Perez, qui est aussi chef par intérim d'Ensemble Montréal, le parti qui forme l'opposition officielle à l'Hôtel de Ville de Montréal. Mais selon lui, certaines personnes aimeraient faire d'elles-mêmes un ou une martyr(e).

Dans une reconfiguration inhabituelle des forces politiques, M. Perez et le conseiller indépendant Marvin Rotrand font front commun dans ce dossier avec Magda Popeanu, Peter McQueen et Christian Arseneault, de Projet Montréal. Ensemble, ils ont renversé quatre fois la suspension de M. Plante par Sue Montgomery, qui l'accuse d'insubordination.

Devant cette impasse politique, la mairesse a fondé un nouveau parti. L'Équipe Sue Montgomery, promet-elle, sera sur les rangs aux prochaines élections afin d'obtenir un second mandat.

Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce est l'arrondissement le plus populeux de la ville de Montréal, avec près de 170 000 résidents.

Avec la collaboration de Benoît Chapdelaine

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.