•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le secteur du plein air, grand gagnant de la saison touristique 2020

Le lac Lois, dans le parc national d'Aiguebelle.

Le lac Lois, dans le parc national d'Aiguebelle (archives)

Photo : Mathieu Dupuis

Le déconfinement a révélé un immense besoin d’espace en 2020, et c’est au secteur du plein air, des parcs nationaux, des campings et autres activités dans la nature que la belle saison a le plus profité cette année. Pour certains, des records d’achalandage ont été établis, mais pour d'autres acteurs de l'industrie touristique, la période estivale a été marquée par la disette.

C'est la conclusion que Tourisme Abitibi-Témiscamingue (TAT) a tirée d’un sondage mené auprès de ses membres. Même si plusieurs reconnaissent que l’été a été meilleur qu’anticipé , l’achalandage, avec les mesures sanitaires, n’a rien eu de comparable avec celui des années antérieures.

Pour le secteur de la nature, un petit bémol : les pourvoiries. Les fermetures imposées au moment de la chasse printanière à l’ours et du début de la saison de pêche ont nui aux affaires de nombreux pourvoyeurs. Par ailleurs, la fermeture de la frontière canado-américaine et celle, partielle, de l’Ontario, alors que des barrages routiers étaient dressés dans la région, ont eu des répercussions.

De manière générale, les restrictions sanitaires imposées ont diminué les capacités d’accueil. Au Témiscamingue, plusieurs sites touristiques et restaurants, notamment, ont dû se résoudre à fermer leurs portes pour la saison, faute de pouvoir se conformer aux mesures de distanciation. D’autres lieux, un peu partout sur le territoire de l’Abitibi-Témiscamingue, ont dû, pour les mêmes raisons, revoir leur offre ou reporter leurs activités à 2021.

Le milieu culturel est absolument attractif pour l'Abitibi-Témiscamingue. Cette année, la destination était beaucoup moins animée, sans festival, sans événement; des sites et des attraits étaient fermés pour la saison estivale, et on a vu l'achalandage baisser. Les hôteliers seront les premiers à vous le dire, souligne la directrice principale de Tourisme Abitibi-Témiscamingue, Stéphanie Lamarche.

Le secteur hôtelier a directement subi les contrecoups des annulations des grands événements comme les festivals et les congrès, puis ceux des limites pour les mariages et les rassemblements de toutes sortes. Une situation qui perdurera durant la période des Fêtes, moins achalandée, en raison des annulations qui se maintiennent.

Dans les bureaux d’information touristique, les données montrent que plusieurs touristes ont effectué leur premier séjour en Abitibi-Témiscamingue cet été. Les voyageurs en véhicule récréatif ont été plus nombreux, et beaucoup de vacanciers venaient de la région de Québec, alors que ce n’est pas un marché naturel, souligne Tourisme Abitibi-Témiscamingue.

Le bureau d'information touristique de Rouyn-Noranda, en été.

Le bureau d'information touristique de Rouyn-Noranda (archives)

Photo : Facebook Tourisme Rouyn-Noranda/Mathieu Dupuis

Il y a une clientèle en VR. On a vu, nous, des gens qui se sont fait refuser dans les campings parce que ceux-ci étaient pleins. Ils ont dû s'installer dans des stationnements municipaux ou de centres commerciaux, ajoute la directrice principale de Tourisme Abitibi-Témiscamingue.

Optimisme prudent pour la suite

Le milieu touristique est divisé sur les perspectives quant à l’année à venir. Les établissements ou les entreprises qui fonctionnent de manière saisonnière sont plutôt optimistes, tandis que ceux qui sont ouverts toute l’année se montrent plus hésitants en ce début de deuxième vague.

C’est une situation mondiale. Nous sommes tous dans le même bateau à ce moment-ci et, oui, nos efforts sont fragilisés, tant pour les entrepreneurs que pour les investissements. La relance va se faire, mais vraiment tranquillement. À court et à moyen terme, ce qu’il faut se demander, c’est comment on peut soutenir l’industrie touristique, affirme Stéphanie Lamarche.

Tourisme Abitibi-Témiscamingue a sondé ses membres entre le 28 septembre et le 8 octobre. En tout, 84 formulaires ont été remplis. C'est une très bonne proportion des membres de TAT en opération cet été, selon l’organisme.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !